Plein écran
© photo_news

Des locaux bruxellois des unités spéciales de la police perquisitionnés

Une perquisition a eu lieu mardi dernier (5 novembre) dans les locaux des unités spéciales de la police fédérale à Etterbeek (Bruxelles), selon une information dévoilée lundi par La Dernière Heure sur son site internet et confirmée à Belga par le parquet fédéral. 

Toute une série de perquisitions ont été effectuées ce jour-là à sa demande, dans le cadre d'un dossier actuellement à l'instruction, visant une "organisation criminelle soupçonnée de recel, faux en écriture et escroquerie", indique lundi une porte-parole du parquet fédéral.

A la suite des perquisitions opérées mardi, dont celle dans les locaux des unités spéciales de la police, plusieurs personnes ont été interpellées. Dix d'entre elles ont été placées sous mandat d'arrêt, indique le parquet fédéral.    Ce dossier est lié au dossier traité à Bruxelles qui concerne une organisation criminelle dans le milieu des gens du voyage, responsable d'escroqueries lors de l'achat de véhicules mis en vente via internet.  

 Le 7 mai dernier, 1.200 policiers avaient pris part à une opération d'envergure visant cette organisation criminelle, menant plus de 200 perquisitions, entre autres à Bruxelles et Charleroi, et interpellant une cinquantaine de personnes. On apprenait alors que plus de 620 faits avaient été référencés, pour un préjudice estimé à plus de 6,5 millions d'euros. 

Les victimes de l'escroquerie étaient des particuliers vendant leur voiture par petites annonces. 

Quelques jours plus tard, deux policiers interpellés à l'issue d'une perquisition dans le commissariat de la police locale de Roux, à Charleroi, avaient été placés sous mandat d'arrêt et inculpés des chefs de corruption et de violation de secret professionnel. 

  1. Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    L'organisme Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) s'est constitué partie civile dans le cadre d'une action pénale lancée à l'encontre de Talal Magri, professeur de religion islamique à l'Athénée Royal Agri Saint-Georges à Huy, a indiqué le porte-parole du cabinet de Frédéric Daerden, vice-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ministre de tutelle de WBE. Une procédure d’écartement a été prise à son encontre.