Des militants du mouvement pour le climat Extinction Rebellion ont couvert les murs du Palais royal de Bruxelles de graffitis.
Plein écran
Des militants du mouvement pour le climat Extinction Rebellion ont couvert les murs du Palais royal de Bruxelles de graffitis. © Twitter

Des militants pour le climat laissent des tags sur les murs du Palais royal

Des militants du mouvement pour le climat Extinction Rebellion ont couvert les murs du Palais royal de Bruxelles de graffitis dans la nuit de samedi à dimanche et ont également laissé des tags à la craie sur les parlements. Avec cette nouvelle action de désobéissance civile, ils veulent faire comprendre aux responsables politiques que l'effondrement écologique doit être abordé dans le prochain accord de gouvernement.

  1. “Fatigué”, un infirmier en soins intensifs témoigne: “On ne voit pas le bout du tunnel”

    “Fatigué”, un infirmier en soins intensifs témoigne: “On ne voit pas le bout du tunnel”

    “Ce que l’on est en train de vivre est inadmissible”, nous confiait Arnaud Bruyneel, vice-président de la SIZ Nursing, en avril dernier, sur le ton de la colère. Sept mois plus tard, elle paraît toujours aussi vive, même renforcée. En cause, notamment, cette sensation de ne pas être entendu par les autorités politiques et le manque de reconnaissance envers la profession. Mais ce qui transparaît surtout dans le discours, désormais, c’est la fatigue. “On ne voit pas le bout du tunnel. Nous ne sommes pas des robots”, confirme l’infirmier en soins intensifs, trahi au préalable par sa voix.
  2. Accusée de ne pas soutenir la lutte contre l’islamisme, Rajae Maouane réagit: “C’est malhonnête et populiste”

    Accusée de ne pas soutenir la lutte contre l’islamisme, Rajae Maouane réagit: “C’est malhonnête et populiste”

    Ce matin, la co-présidente des Verts, Rajae Maouane, a publié plusieurs images dans sa story Instagram afin de dénoncer les propos tenus par Gérald Darmanin concernant les rayons de “cuisine communautaire” dans les supermarchés français. Une initiative qui a fortement déplu à certains politiques qui l’accusent notamment de manquer de fermeté sur des sujets cruciaux comme l’islamisme politique. Face aux critiques, Rajae Maouane a pris la parole sur Twitter.
  3. Alain Maron défend sa politique, l'opposition émet ses doutes

    Alain Maron défend sa politique, l'oppositi­on émet ses doutes

    Le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron (Ecolo), longuement auditionné jeudi par la commission spéciale Covid-19 du parlement bruxellois a défendu la ligne politique qu'il a suivie durant la première vague de la pandémie. Il a notamment témoigné, au-delà d'un retour chronologique sur les événements jusqu'à l'été, de la complexité institutionnelle dans la gestion des compétences, du manque de plans de gestion d'épidémies, et du déficit de matériel de protection et de tests durant cette phase.