Louis Tobback.
Plein écran
Louis Tobback. © Vertommen

Des nouvelles élections? “C'est Bart De Wever qui en serait la première victime”

L'ancienne figure du sp.a Louis Tobback estime que Bart De Wever a plus à craindre d'éventuelles nouvelles élections fédérales que le PS de Paul Magnette.

"Il est très vraisemblable que De Wever ne soit alors plus dans la même position de pouvoir qu'aujourd'hui", a commenté lundi M. Tobback lors d'une conférence dans sa ville de Louvain.

L'ancien ministre de l'Intérieur s'appuie sur les derniers sondages -"qui doivent être confirmés"- montrant que le Vlaams Belang remporterait les prochaines élections fédérales en Flandre. "C'est De Wever qui en serait la première victime. Il a déjà perdu lors des élections de mai 280.000 électeurs et cela va vraisemblablement se reproduire. Le sp.a, le CD&V et l'Open Vld ont, eux, 'déjà donné' et n'ont donc plus grand-chose à perdre", a-t-il jugé.

À ses yeux, les conséquences pour les nationalistes flamands de nouvelles élections seront importantes. À l'heure actuelle, la N-VA est mathématiquement 'incontournable' pour une majorité flamande, mais reste à voir si cela encore le cas après, glisse-t-il.

"J'ai toujours pensé que la N-VA et le PS parviendraient à un accord. Ce n'est pas encore exclu, mais cela sera très difficile".

Pour Louis Tobback, le risque est plus grand aujourd'hui qu'on retourne prochainement aux urnes que l'inverse. "Cela dépendra entièrement des derniers sondages internes que certains partis vont organiser".