Près de deux tiers de la population belge entre 16 et 100 ans ont été victimes de violences sexuelles au cours de leur vie, selon une étude menée par des experts de l’Université de Gand (UGent), de l’Université de Liège (ULiège) et de l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC)
Plein écran
Près de deux tiers de la population belge entre 16 et 100 ans ont été victimes de violences sexuelles au cours de leur vie, selon une étude menée par des experts de l’Université de Gand (UGent), de l’Université de Liège (ULiège) et de l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) © Shutterstock

Des statistiques interpellantes: deux Belges sur trois victimes de violences sexuelles au cours de leur vie

Près de deux tiers de la population belge entre 16 et 100 ans ont été victimes de violences sexuelles au cours de leur vie, selon une étude menée par des experts de l’Université de Gand (UGent), de l’Université de Liège (ULiège) et de l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) et présentée mardi. Plus de 5.000 personnes ont été sondées dans le cadre de cette enquête. Personne ne semble épargnée, la violence sexuelle touchant des individus de tout sexe, orientation sexuelle, origine ethnique? et même les séniors.

  1. “L’escroc belge de Tinder” a fait au moins 27 victimes: "C'est un prédateur sexuel”

    “L’escroc belge de Tinder” a fait au moins 27 victimes: "C'est un prédateur sexuel”

    Ses victimes l’appellent le “Tinder Swindler” belge (“l’escroc belge de Tinder”) ou tout simplement “Jonas”. Elles le qualifient de personne narcissique et de manipulateur, voire de prédateur. X.S. a 27 ans et est originaire de Deurne, à Anvers. En un an, il a fait au moins 27 victimes sur les réseaux sociaux. Son objectif? Tromper et menacer des filles afin d’obtenir des images d’elles nues, des faveurs sexuelles, et même de les violer. Trois de ses victimes se confient. “Alors que j’étais sur le chemin vers le poste de police, il a continué à m’envoyer des messages de menace”, se souvient Elke.
  2. Partez en vacances la conscience tranquille: demandez une surveillance policière
    Independer

    Partez en vacances la conscience tranquille: demandez une surveillan­ce policière

    En été, nombreux sont les cambrioleurs qui profitent de l’absence des vacanciers. Vous partez bientôt en vacances et vous voulez éviter les visiteurs indésirables ? Demandez à la police locale de surveiller régulièrement votre habitation depuis l’extérieur, de jour comme de nuit, ce service est totalement gratuit. Vous pouvez également souscrire une assurance vol supplémentaire. Independer.be vous explique comment protéger votre habitation et son contenu.