Plein écran
© Campagne Child Focus

Des victimes choquées par la campagne de Child Focus

Une association de victimes d'incestes et d'abus sexuels a déposé une plainte auprès du Jury d'éthique publicitaire (JEP) à l'encontre d'une campagne de Child Focus, écrivent mercredi Het Nieuwsblad et Het Belang van Limburg.

Cette campagne choc a pour ambition d'interpeller le grand public et surtout les politiques. La vidéo diffusée est une reconstitution explicite d'abus sexuels sur un enfant, jouée par des adultes, afin de "créer un effet de choc, de briser les tabous autour de la problématique et de tirer la sonnette d'alarme", selon Child Focus.

Mais cette campagne n'a pas été bien reçue par des familles de victimes. L'association flamande IMLandelijk veut y mettre fin et a déposé une plainte auprès du JEP. "Nous réagissons avec force pour plusieurs raisons", a indiqué le porte-parole. "Tout d'abord, parce que nous avons reçu des réactions de victimes choquées et traumatisées. Les images diffusées sont pénibles pour ces personnes qui ont vécu une expérience similaire." 

Child Focus comprend leur réaction

Ensuite, l'association estime que de telles images pédopornographiques ne devraient pas être accessibles si facilement, notamment pour des mineurs. Elle craint enfin que cette vidéo offre, in fine, aux auteurs ce qu'ils veulent voir. 

Child Focus dit comprendre cette réaction. "Nous avons déjà été contactés par des victimes pour lesquelles les images étaient très choquantes. Nous comprenons cela. Nous souhaitons leur parler afin que nous puissions bien leur expliquer nos intentions", a déclaré la directrice Heidi De Pauw. Elle ajoute qu'une autre partie des victimes avait en revanche réclamé une campagne dure afin de secouer les décideurs.

  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.