Plein écran
Illustration: procès de la filière syrienne © belga

Détention confirmée pour un inculpé de la filière syrienne

La chambre du conseil de Bruxelles a confirmé, vendredi après-midi, le maintien en détention d'un inculpé dans le dossier terrorisme dit "de la filière syrienne". Vingt personnes sont inculpées dans ce dossier. Elles sont suspectées de participation aux activités d'un groupe terroriste pour avoir organisé l'envoi de Belges musulmans en Syrie.

La chambre du conseil a confirmé le mandat d'arrêt d'un des nombreux inculpés du dossier terrorisme "filière syrienne". Elle avait confirmé également les mandats d'arrêt de quatre autres inculpés détenus de ce dossier, le 24 octobre dernier.

L'avocat de l'inculpé avait plaidé la remise en liberté provisoire de son client et le parquet fédéral avait requis son maintien en détention.

Vingt individus sont inculpés dans ce dossier pour avoir participé aux activités d'un groupe terroriste.

Ils avaient été arrêtés à la suite d'une cinquantaine de perquisitions menées par la police judiciaire fédérale en février dernier, notamment à Molenbeek-Saint-Jean et à Vilvorde.

Ils sont suspectés d'avoir organisé l'envoi de jeunes Belges musulmans vers la Syrie pour faire le djihad et de les avoir entraînés au maniement d'armes.

Plusieurs inculpés avaient été placés sous mandat d'arrêt. La plupart de ceux-là ont aujourd'hui bénéficié d'une remise en liberté provisoire.

  1. Un cas d'euthanasie devant les assises: “Les médecins n'ont pas respecté la procédure”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “Les médecins n'ont pas respecté la procédure”

    Les trois médecins accusés d'avoir empoisonné une femme de 38 ans qui avait sollicité l'euthanasie en 2010 n'ont pas respecté les conditions et la procédure de la loi sur l'euthanasie, a fait savoir le représentant du ministère public dans son acte d'accusation. Le médecin qui a effectué l'euthanasie n'a pas agi dans les règles et les deux autres n'étaient pas indépendants à l'égard de la patiente, a-t-il expliqué vendredi devant la cour d'assises de Flandre orientale.
  2. Les frais d’avocats de Stéphane Moreau couverts à un million d’euros, son salaire garanti pour 250.000
    Mise à jour

    Les frais d’avocats de Stéphane Moreau couverts à un million d’euros, son salaire garanti pour 250.000

    Le salaire de Stéphane Moreau, ex-administrateur délégué de Nethys, filiale de l’intercommunale Enodia, est garanti pour 250.000 euros, tandis que sa défense en justice l’est à hauteur d’un million d’euros, selon les termes d’un contrat d’assurance dont il bénéficie, rapporte vendredi la RTBF. Celui-ci couvre “les administrateurs et dirigeants passés, actuels et futurs d’Enodia” et a été souscrit le 18 juillet 2017.