Plein écran
Véronique Van Acker avait dépouillé Mbo Mpenza (d) de 340.000 euros et Luigi Pieroni (g) de 100.000 euros. © photo_news

Deux ans ferme pour Véronique Van Acker, la femme qui a dépouillé Mpenza et Pieroni

Le tribunal correctionnel du Brabant, qui a condamné mardi l'ancienne femme d'affaires Véronique Van Acker à quatre ans de prison avec un sursis pour la moitié de cette peine, a également sanctionné plusieurs associés de cette prévenue principale. Impliqués dans le fonctionnement des sociétés fondées par Véronique Van Acker, Ilan B, né en 1967 et habitant à Uccle, écope de deux ans de prison avec sursis total, Vanessa V. (1981, Charleroi), de 20 mois de prison avec sursis, et Jean-François J. (1972, La Hulpe) de 18 mois d'emprisonnement avec sursis. Quatre autres prévenus sont acquittés.

Plein écran
Véronique Van Acker. © belga

Le tribunal a ordonné la confiscation de 500.000 euros à charge de Véronique Van Acker mais d'autres prévenus sont également touchés par ce type de sanction: la justice confisque 100.000 euros à Ilan B., 75.000 euros à Jean-François J. et le même montant à Vanessa V. Comme pour la somme confisquée à Véronique Van Acker, le tribunal a décidé que les montants confisqués seraient destinés au dédommagement des parties civiles.

Lors de plusieurs audiences de ce vaste dossier dit Capitalium - du nom des sociétés fondées par Véronique Van Acker -, les coprévenus de la femme d'affaires en aveu des faits d'escroquerie et de faux avaient demandé leur acquittement. Ils affirmaient avoir cru eux-mêmes aux mensonges de la prévenue principale, qui promettait des rendements financiers intéressants à des clients aisés alors qu'elle n'investissait pas les sommes ainsi récoltées mais les utilisait pour faire fonctionner ses sociétés et pour ses dépenses personnelles.

Le tribunal, lui, estime que certains co-prévenus étaient au courant des escroqueries mais ont choisi de ne rien révéler tant qu'ils travaillaient avec Véronique Van Acker, occupant certaines fonctions dans les sociétés en cause. Ils ont de cette manière participé aux faits.

Véronique Van Acker s'était fait connaître en voulant intervenir pour sauver le club de football de l'Excelsior Mouscron de la faillite via sa société d'investissements bidon Capitalium. Plusieurs millions d'euros auraient fait l'objet de cette énorme escroquerie.