Plein écran
© photo_news

Deux boulangeries ferment chaque mois en Wallonie

Ces dix dernières années,  en moyenne deux boulangeries ont fermé leurs portes tous les mois en Wallonie. On parle même de cinq unités chaque mois en Flandre, rapporte mardi Le Soir. 

En cause, la mise en place d'un nouveau modèle économique où le prix devient souvent l'élément primordial. En 2008, on comptait 1.557 boulangeries en Wallonie, contre 1.307 en 2017, selon les statistiques du Service public fédéral de l'Économie. En Flandre, on en dénombrait 3.224 en 2008, contre 2.649 en 2017. A Bruxelles, cependant les chiffres restent constants, avec 352 établissements en 2008 et 355 en 2017.

"La tendance à la baisse se confirme depuis 1996, année de création de la Fédération francophone. Et cette diminution est encore plus palpable en Flandre. Pour ce qui concerne la Région de Bruxelles-Capitale, vous conviendrez qu'on peut difficilement descendre plus bas", réagit le président de la Fédération francophone de la boulangerie, Albert Denoncin, dans les colonnes du Soir.

Une concurrence déloyale

De plus en plus de supermarchés vendent en effet du pain à prix plus bas à tout heure de la journée. "D'où une concurrence plus importante avec la boulangerie traditionnelle puisque le modèle économique des grandes surfaces combine volume exceptionnel et prix plus bas. Je ne vous parle évidemment pas de la qualité puisqu'on a parfois affaire à des pâtes surgelées en provenance des pays de l'Est. 

Dans le même temps, le prix des matières premières explose pour les petites boulangeries qui sont alors obligées de se spécialiser dans des pains bio, sans gluten, pour attirer une clientèle différente, orientée vers des produits spécifiques, plus chers", pointe Carol Dannevoye, chargée de projet à l'Union des classes moyennes (UCM).