Plein écran
© photo_news

Deux curateurs désignés pour gérer le dépôt de bilan de Durobor

Après le dépôt bilan, mardi, de la gobeleterie sonégienne Durobor, deux curateurs ont été désignés jeudi par le tribunal de commerce de Mons. Les lettres de licenciement seront très vite envoyées aux travailleurs. Le four de la gobeleterie restera toutefois en activité.

Les deux curateurs désignés par le tribunal pour gérer la faillite de l'entreprise ont rencontré, jeudi, le directeur néerlandais Herman Green avec qui ils ont fait un état des lieux de l'entreprise. Ils ont également tenu une réunion avec les délégués syndicaux avec lesquels ils ont évoqué les prochains jours.

"La première priorité sera de payer le solde des salaires des travailleurs pour le mois d'avril", a indiqué Stefano Fragapane (FGTB). "Un acompte avait été versé aux travailleurs qui devaient recevoir le solde du mois. Le montant de ce solde a été versé par Durobor mardi sur un compte. Cependant, après le dépôt de bilan de mardi matin, les banques ont bloqué l'ensemble des comptes." Le travail des curateurs sera de débloquer au plus vite cette situation, précise le syndicaliste. "Les lettres de préavis, suivie de C4, seront également envoyées dans les prochains jours."

L'activité du four de l'entreprise se poursuivra dans la prochains jours. "Le four ne peut pas être éteint et restera en veilleuse ou sera utilisé pour honorer d'éventuelles commandes car il reste de la matière première", a expliqué Rico Zara (CSC). "Un nombre limité de travailleurs devra donc être engagé à durée déterminée afin d'assurer le maintien de l'outil."

Les travailleurs seront indemnisés par le Fonds de fermeture. "Il importe de valoriser au maximum l'entreprise, notamment avec le stock annoncé par la direction qui est de l'ordre de 10 millions de verres pour un montant de 4 millions d'euros", précise Stefano Fragapane.

Les travailleurs découragés
Du côté syndical on confirme que la volonté de mettre tout en oeuvre pour tenter de trouver d'éventuels repreneurs existe tant du côté de la direction que des curateurs.

Selon les syndicats l'ambiance est morose au sein des travailleurs et le sentiment qui domine est celui du découragement.

Les syndicats retrouveront les curateurs la semaine prochaine, jeudi, pour faire un état des lieux de la santé de l'entreprise.