Plein écran
© BELGA

Deux festivaliers de Tomorrowland aux soins intensifs

Mise à jourAlors que le premier week-end de Tomorrowland touchait à sa fin dimanche soir, les secouristes de la Croix-Flamande avaient effectué quelque 5.000 interventions sur le site et dans le camping du festival depuis vendredi. Une cinquantaine de festivaliers ont dû être redirigés vers les hôpitaux les plus proches, le plus souvent pour des maux sans gravité, mais deux personnes étaient toujours aux soins intensifs dimanche après-midi.

L’une s’y trouve depuis vendredi soir, tandis que l’autre a été transportée à l’hôpital universitaire d’Anvers (UZA) dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué l’hôpital qui n’a pas souhaité en dire davantage sur leur état de santé.

La Croix-Flamande ignore également pourquoi les deux festivaliers se trouvent aux soins intensifs. “C’est une décision qui revient au personnel hospitalier, parfois c’est par précaution”, a indiqué Kevin Beens, de la Croix-Flamande.

Depuis vendredi, celle-ci a pratiqué environ 5.000 interventions, un bilan légèrement plus élevé que celui de l’année dernière, tiré par davantage d’entorses.

Si la plupart des maux étaient sans gravité, un festivalier de 27 ans est toutefois décédé des suites d’un malaise probablement dû à la consommation de drogue. Le parquet d’Anvers a ouvert une enquête pour trafic de stupéfiants ayant entraîné la mort.

“Nous continuons d’opérer des contrôles stricts et pratiquons la tolérance zéro”

La police fédérale continue d’opérer des contrôles antidrogues stricts sur le site du festival Tomorrowland, les instructions n’ont pas changé depuis le décès vendredi du festivalier, a affirmé dimanche sa porte-parole, Sarah Frederickx.  

“Nous continuons d’opérer des contrôles stricts et pratiquons la tolérance zéro. Nous avons énormément misé sur la visibilité policière à l’entrée du festival et veillons avec les organisateurs à sensibiliser le public aux dangers et aux conséquences que peut entraîner la possession de drogues, à savoir la confiscation et l’exclusion du festival”, a ajouté la porte-parole de la police fédérale.

Chaque festivalier est susceptible d’être contrôlé. “Les chiens renifleurs nous indiquent ceux qui seront ensuite fouillés”, précise-t-elle.

 La police et les organisateurs disent tout mettre en œuvre pour améliorer la sensibilisation des festivaliers. Depuis cette année, des banderoles interpellent le public sur les dangers de la drogue aussi bien sur le site du festival que dans le camping.

Le festival de musiques électroniques Tomorrowland, qui se déroule à Boom (Anvers), accueille environ 200.000 personnes par week-end. Le deuxième se déroulera du 26 au 28 juillet.