Plein écran
Ces 10 dernières années, le nombre d’accidents impliquant un conducteur sous l’influence de l’alcool a baissé de 20%, selon des chiffres de l’institut Vias. Malgré tout, il y a encore eu, en 2018, plus de 4.000 accidents avec tués ou blessés impliquant un conducteur sous l’influence de l’alcool, soit en moyenne un accident toutes les deux heures environ. Au total, ces accidents ont fait plus de 5.200 victimes. © photo_news

“Deux verres d’alcool, c'est presque négligeable”

Sécurité routièreAlors que de nombreuses voix s’élèvent pour réclamer la tolérance zéro en matière d’alcool au volant, la juge de police Mireille Schreurs estime quant à elle que les limites actuelles sont suffisantes. “L’influence de deux verres d’alcool pendant un vrai repas est presque négligeable. Vous pouvez toujours conduire une voiture sans causer d’accident”, affirme-t-elle dans un long entretien accordé au magazine flamand Knack.

Mireille Schreurs n'est pas n’importe qui dans le monde juridique belge. Juge au tribunal de police d’Alost, elle est aussi la compagne de Karel De Gucht, ancien vice-Premier ministre, commissaire européen et président des libéraux flamands.

Mais après de nombreuses années de bons et loyaux services, Mireille Schreurs s’apprête à ranger définitivement sa toge et profiter d’une retraite bien méritée. C’est dans ce contexte qu’elle a accordé une interview d’adieu à nos confrères de Knack.

Citation

Je remarque que les jeunes sont davantage conscients du danger que représente l'alcool au volant

Mireille Schreurs, Juge au tribunal de police d’Alost

L’alcool au volant, Mireille Schreurs en sait quelque chose, elle qui a vu défiler des centaines d’automobilistes en infraction devant son tribunal. Le débat est récemment revenu sur la table après la parution des résultats d’une enquête qui montrent que la Belgique demeure un cancre européen en la matière. Dès lors, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer la tolérance zéro, déjà en vigueur dans plusieurs pays. 

Les mentalités sont en train de changer

Mireille Schreurs, elle, n'est pas demandeuse d’un durcissement de la loi. D’ailleurs, au-delà des chiffres, elle constate que les mentalités sont en train de changer, dans la bonne direction.

“Je remarque que les jeunes sont davantage conscients du danger que représente l'alcool au volant”, dit la future pensionnée. “L’abus d’alcool au volant est plus important chez les conducteurs de plus de 40 ans.”

Plein écran
Mireille Schreurs, juge au tribunal de police d’Alost. © Foto Mozkito

Une limite “suffisante”

En Belgique, le taux d’alcool maximal autorisé est de 0,5 milligramme d’alcool par millilitre de sang. Et pour Mireille Schreurs, il n'est pas nécessaire de revoir cette limite à la baisse. “L’influence de deux verres d’alcool pendant un repas complet est presque négligeable. Alors, vous pouvez toujours conduire une voiture sans causer d’accident”, assure la juge de police.

Ces 10 dernières années, le nombre d’accidents impliquant un conducteur sous l’influence de l’alcool a baissé de 20%, selon des chiffres de l’institut Vias. Malgré tout, il y a encore eu, en 2018, plus de 4.000 accidents avec tués ou blessés impliquant un conducteur sous l’influence de l’alcool, soit en moyenne un accident toutes les deux heures environ. Au total, ces accidents ont fait plus de 5.200 victimes.

Campagne Bob

Pour rappel, les contrôles seront renforcés durant les mois de décembre et de janvier dans le cadre de la traditionnelle campagne Bob. L’objectif cette année est de contrôler quelque 300.000 conducteurs un peu partout sur le territoire. Et cette année, les policiers feront tout autant attention à l’usage du téléphone au volant et à la consommation de stupéfiants. Vous voilà prévenus...

Plein écran
Mireille Schreurs et Karel De Gucht. © Belga
Plein écran
Objectif 300.000 contrôles pour la campagne Bob cette année. © Politiezone Regio Tielt