Plein écran
© photo_news

Didier Reynders condamne le "lâche attentat" de Beyrouth

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Didier Reynders condamne fermement "le lâche attentat" à la voiture piégée qui a coûté la vie vendredi à Beyrouth au Général Wissam Al-Hassan et à plusieurs autres personnes, peut-on lire samedi dans un communiqué des Affaires étrangères.

Le ministre présente ses condoléances aux familles des victimes; ses pensées vont aussi aux nombreux blessés. Il tient également à exprimer sa sympathie au peuple et au gouvernement libanais.

Par ailleurs, Didier Reynders insiste pour que les coupables soient rapidement traduits en justice. Il se joint également à l'appel de la Haute Représentante Catherine Ashton afin que le calme soit assuré au Liban et que le chemin vers la stabilisation, le dialogue et la paix dans le pays soit poursuivi.

La stabilité et l'unité du Liban, mais aussi de la région, ne peuvent en aucun cas être mises en cause par ce genre d'attentats, conclut le ministre.

  1. Images insoutenables de singes et de chiens dans un laboratoire, deux sociétés belges concernées

    Images insoutena­bles de singes et de chiens dans un laboratoi­re, deux sociétés belges concernées

    L'entreprise de biotechnologie gantoise Argenx a ouvert une enquête après une vidéo montrant notamment des singes et des chiens maltraités dans un laboratoire allemand qui effectue des tests sur des animaux. "Ces images sont effrayantes", a déclaré mercredi un porte-parole. Si la véracité des images venait à être attestée, le contrat avec ce laboratoire pourrait être rompu.
  2. Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Quatre Belges sur dix ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone

    Jusqu'à 43% des Belges ne sécurisent pas l'accès à leur smartphone avec un code ou une empreinte digitale. Et lorsque des mots de passe sont utilisés, 38% disent utiliser systématiquement les mêmes, selon des chiffres publiés jeudi par SpotIT, une société belge experte pour la sécurité des réseaux. Si trois quarts des sondés (76%) sécurisent leur maison contre le cambriolage, ils sont à peine 35% à se protéger en ligne, illustre l'étude.