Diégo, 8 ans, terrasse le géant Goliath

À l'issue de son mariage, le géant Goliath a affronté samedi en combat singulier le berger David lors de la "Ducasse d'Ath". Cette année, l'enfant s'est imposé. Le combat s'est déroulé en présence du prince Laurent et de sa famille.

Plein écran
Ducasse d'Ath © Ducasse d'Ath

Les fastes de la cité athoise ont débuté, vendredi soir, par le "Brûlage des marronnes" de Goliath par les porteurs du géant. "Julienne", la grosse cloche de l'église Saint-Julien, a annoncé samedi midi le début officiel des festivités. En début d'après-midi, Goliath et sa dame se sont rendus en dansant de l'Hôtel de ville à l'église Saint-Julien où étaient célébrées les vêpres de "Gouyasse". 

Ce mariage s'est déroulé en présence du prince Laurent, de la princesse Claire et de leurs enfants, des invités de dernière minute. Devant une foule en liesse, les "jeunes mariés" sont ensuite retournés à l'Hôtel de ville. 

Diégo, 8 ans, a terrassé Goliath

Le géant Goliath sortait pour la 538e fois dans les rues d'Ath avant d'affronter le berger David sur la Grand-Place, noire de monde. Pour la seconde année consécutive, Diégo Sauvage (8 ans) tenait le rôle du petit berger. En 2018, l'enfant avait perdu son combat. Cette année, sans le moindre tremblement, David a battu le géant Philistin. Rien que du bonheur pour les Athois. 

Programme des festivités

Samedi soir, le "Canon du Mont Sarah" défilera en rue, aux flambeaux. Moment incontournable de la vie locale, la ducasse d'Ath se poursuivra dimanche, en matinée et durant l'après-midi, par un cortège dans les rues de la ville. Ce cortège se compose de 7 géants, 8 chars allégoriques, de fanfares et de groupes historiques. Pour clôturer ce week-end, les géants se promèneront lundi matin en ville avec leurs porteurs. Un envol de montgolfières aura lieu lundi en fin d'après-midi sur l'Esplanade. 

Primée en 2008 dans le cadre du concours "European Destinations of Excellence", initié par la Commission européenne, la ducasse d'Ath est reconnue depuis 2005 par l'Unesco. 

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.