Douze mois de prison pour une liposuccion mortelle

Plein écran

Le tribunal correctionnel de Louvain a condamné, lundi, Eric Prevot, un médecin généraliste originaire de Tirlemont, pour la mort, à la suite de l'anesthésie, d'une de ses patientes chez laquelle il devait effectuer une liposuccion.

Le médecin a été condamné à 12 mois de prison dont un tiers avec sursis. Sa compagne, Françoise Vanherberghen, a quant à elle été condamnée à trois mois de prison avec sursis pour avoir aidé son conjoint, alors qu'elle ne possédait aucun diplôme médical. La victime, Bernadette Wilmots, (33 ans) avait été cherché conseil auprès du docteur Prevot car elle souhaitait se faire liposucer. L'homme avait déjà 300 opérations de ce type à son actif effectuées avec succès.

Le 19 février 2003, la compagne du médecin, Françoise Vanherberghen, a injecté l'anesthésiant Xylocaïne à Mme Wilmots. Peu de temps après, la patiente s'est sentie mal et a perdu connaissance. Elle a été transportée à l'hôpital mais n'est pas sortie du coma. Elle est décédée le 24 février 2003. D'après les experts, il existe un lien direct entre l'injection de Xylocaïne et le décès de la patiente. L'intoxication peut soit être liée à une quantité trop élevée de Xylocaïne, soit à un oubli du médecin ou de sa femme d'ajouter de l'adrénaline à la Xylocaïne.

Le docteur Prevot et sa compagne ont nié toute responsabilité dans cette affaire. Ils ont mentionné des problèmes lors du transport de la victime à l'hôpital et ont prétendu que Bernadette Wilmots avait consommé de l'alcool et de la drogue. Le tribunal a rejeté leurs arguments et a condamné le couple d'homicide involontaire. Françoise Vanherberghen a en outre été condamnée pour exercice illégal de la médecine. Elle a été condamnée à trois mois de prison avec sursis.

Le docteur Prevot a quant à lui été condamné à 12 mois de prison dont quatre mois avec sursis. Le couple devra en outre payer une amende de 1.100 euros et verser une indemnité de 38.419 euros à la famille de la victime. (belga)

  1. Charleroi n’aura pas de PEPS ce printemps

    Charleroi n’aura pas de PEPS ce printemps

    La semaine dernière, la Ville de Charleroi avait décidé d’annuler les Plaines Éducatives de Proximité Saisonnières (PEPS) de Printemps suite à la crise du coronavirus. Deux exceptions toutefois: celle de Montignies-sur-Sambre et celle de Couillet. Des navettes étaient même prévues depuis le site de Monceau Cool Heures pour transporter les enfants vers la plaine de Montignies-sur-Sambre. Mais un événement récent a fait voler ces intentions en éclat.
  2. Il parcourt six kilomètres à pied en quittant l’hôpital: “Les taxis ne voulaient pas venir me chercher”
    Waregem

    Il parcourt six kilomètres à pied en quittant l’hôpital: “Les taxis ne voulaient pas venir me chercher”

    Luc Schreppers (52 ans) a eu le droit à un voyage à pied de six kilomètres en quittant l’hôpital de Waregem vendredi soir, après avoir été diagnostiqué négatif au coronavirus. Aucun taxi n’a voulu le ramener chez lui. “Je ne suis absolument pas en colère contre l’hôpital qui a d’autres priorités. Je suis particulièrement déçu par les compagnies de taxi”, explique-t-il à HLN.