Laurence Bovy, directrice générale de Vivaqua.
Plein écran
Laurence Bovy, directrice générale de Vivaqua. © photo_news

Eau plus chère à Bruxelles: la mesure sera suspendue

La directrice générale de Vivaqua, Laurence Bovy, proposera mercredi au Conseil d'administration de Vivaqua de suspendre la décision récente de ne plus appliquer le tarif progressif de l'eau en cas de compteur collectif à Bruxelles, mais un tarif linéaire sensiblement plus élevé pour les nombreux ménages bruxellois concernés. Le ministre bruxellois de l'Énergie, Alain Maron (Ecolo) l'a annoncé mardi en début de soirée, via l'agence Belga, à l'issue d'une réunion entre lui-même et Mme Bovy.

Selon la Coordination Gaz-Electricité-Eau Bruxelles (CGEE), le tarif linéaire décrié, instauré depuis le 1er janvier concerne près de deux tiers des ménages bruxellois. Il débouchera sur une augmentation de plus de 20% de la facture d'eau pour ceux-ci, principalement les classes socio-professionnelles les plus défavorisées.

Le ministre Alain Maron avait convoqué la directrice générale de Vivaqua pour obtenir des explications. Selon lui, c'était le premier échange auquel il a pu procéder au sujet de ce dossier avec la direction de Vivaqua. 

A l'issue de la réunion organisée en fin de journée, il a annoncé via l'agence Belga que Mme Bovy proposerait au Conseil d'administration de suspendre la mesure décriée.

Selon le ministre, cette suspension sera maintenue jusqu'à l'aboutissement d'un accord global sur l'évolution tarifaire - des discussions sont déjà en cours concernant les mesures à prendre en la matière -, "en ce compris sur les aspects sociaux". 

Alain Maron, ministre bruxellois de l'Énergie (Ecolo).
Plein écran
Alain Maron, ministre bruxellois de l'Énergie (Ecolo). © BELGA
  1. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.