Plein écran
© Photo News

Ecolo au PS: “Intégrer la société civile, c’est à prendre ou à laisser”

Pour Ecolo, la société civile doit faire partie des négociations relatives à la formation du prochain gouvernement wallon. "C'est à prendre ou à laisser", a affirmé le co-président des Verts, Jean-Marc Nollet, à l'issue de la 3e rencontre, organisée ce mercredi à Namur, entre son parti et le PS.

"Aujourd'hui, nous considérons que nous avons sérieusement fait le tour de l'ensemble des sujets sur la table, tant pour la Wallonie que pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il y a des convergences assez fortes mais aussi des divergences", a-t-il assuré au terme d'une réunion qui n'aura finalement duré que deux petites heures.

“Pas de ministre gadget”

A ce stade, "nous pouvons dire avec qui nous voulons aller: avec la société civile. Pour autant qu'il y ait une suite avec le PS, ce sera à prendre ou à laisser", a ajouté Jean-Marc Nollet. “Sans la société civile, sans que cette dernière soit reconnue dans le processus de formation du gouvernement régional, ce sera sans nous", a-t-il martelé en rejetant par ailleurs l'idée d'un "ministre gadget" issu de la société civile au sein du prochain exécutif wallon.

“Nous avançons à petits pas”

“Les politiques de demain doivent être construites avec la société civile. C’est le coeur même de notre manière d’agir”, a encore souligné le co-président d’Ecolo selon qui “il existe plein de formules possibles pour réconcilier le monde politique avec les citoyens”.

Ce préalable étant posé, on n’en saura pas bien davantage sur qui, à ses yeux, représente cette société civile. Pas nécessairement, et pas uniquement, des gens proches d’Ecolo, a-t-il tout de même concédé entre les lignes.

“Nous n’avons aucune difficulté à consulter la société civile”, a de son côté affirmé Elio Di Rupo. “Ce mercredi, nous avons discuté des deux fois 10 propositions d’Ecolo et nous avançons à petits pas”, a-t-il poursuivi, évoquant “les points de rapprochement” avec les écologistes mais aussi la nécessité de consulter les instances du parti avant d’éventuelles nouvelles discussions. “Avant d’aviser de la suite, nous devons, chacun, prendre le temps de réunir nos instances”, ce qui devrait être fait, côté socialiste, “avant la fin du week-end”, a estimé le président du PS.

Pas l’heure de la “répartition”

“L’heure n’est pas à la répartition des compétences ministérielles. Nous n’en discuterons qu’à l’issue d’un processus extrêmement long”, a-t-il par ailleurs indiqué alors qu’on lui demandait si des personnalités issues de la société civile pourraient faire partie du prochain gouvernement régional.

Aucune autre rencontre n’a pour l’instant été fixée, ni avec Ecolo, ni avec le MR que le PS n’a jusqu’à présent pas convié à ce 3e round de consultations.