Plein écran
© Photo News

Ecolo plaide pour un gouvernement wallon “coquelicot”

Mise à jour“Face à la gravité et à la complexité” de la situation politique en Wallonie, Ecolo propose d’ouvrir le gouvernement régional à la société civile afin “de construire avec elle ce nouveau contrat écologique, social et démocratique dont la Wallonie a besoin”, a expliqué le parti, lundi matin, dans un communiqué.

“Concrètement, nous aurions une série de ministres indépendants, issus de la société civile, garants de la réalisation d’une Déclaration de Politique Générale et Sociétale” au sein d’une coalition ‘coquelicot’ - “une fleur des terrains vagues qui peut fleurir jusqu’à la fin du mois de juillet mais qui peut aussi avoir une deuxième floraison en septembre”, a précisé le co-président des verts, Jean-Marc Nollet, dans Matin Première sur la RTBF.

“J’ai pris pas mal de contacts ces derniers jours dans le très riche vivier associatif wallon et j’en prendrai encore dans les jours qui viennent, y compris auprès d’acteurs plus institués. Comme beaucoup de ces acteurs, nous avons difficile à nous résoudre à considérer que PS et MR soient devenus incontournables, niant à ce point les signaux envoyés par les électeurs”, a-t-il enchaîné en plaidant pour une nécessaire réconciliation des citoyens, de la société civile et du monde politique.

Pour ce faire, “nous devons travailler autrement et en finir avec l’idée d’un Parlement presse bouton. Il faut sortir des clivages majorité-opposition. On l’a déjà fait en Wallonie avec la Commission Publifin, le Climat ou la transparence administrative. Demain, il faudra aussi y parvenir sur la biodiversité, le logement, le redéploiement économique, ...”, a poursuivi Jean-Marc Nollet.

“Nous pouvons faire de la contrainte politique actuelle une opportunité”

Et Ecolo va même plus loin en proposant d’intégrer “la participation citoyenne à travers des panels citoyens, des commissions mixtes (moitié de parlementaires, moitié de citoyens), des consultations populaires régionales et même des décrets rédigés et déposés par les citoyens eux-mêmes qui viendraient les défendre au Parlement de Wallonie.”

“Nous pouvons faire de la contrainte politique actuelle une opportunité. Structurellement, la Wallonie est prête à être pionnière dans l’oxygénation de la démocratie”, a encore indiqué le vice-président des écologistes selon qui “le cdH pourrait être un acteur central de cette autre manière d’envisager le fonctionnement démocratique en Wallonie”. “Mais la proposition s’adresse en fait à chaque député individuellement, et collectivement: aux communistes, à Défi - car la logique pourrait être la même en Fédération Wallonie-Bruxelle - et à certains libéraux s’ils sont intéressés”, a ajouté M. Nollet.

Pas de réaction immédiate du PS

“Les élections ont montré que les gens veulent plus de solidarité, plus d’écologie. Notre proposition est celle qui reflète le plus ce résultat”, a-t-il conclu.

Interrogé, le Parti socialiste n’a pas souhaité réagir dans l’immédiat à cette proposition d’Ecolo. Une réunion de travail avec les Verts est prévue mercredi à 11h au Parlement de Wallonie, indiquait-on lundi au Boulevard de l’Empereur.

  1. 23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    Une marche noire est prévue dimanche après-midi dans le centre de Bruxelles pour protester contre l'éventualité d'une demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux et celle effective de Michel Lelièvre. Le rassemblement est prévu à 12h00 sur le boulevard du roi Albert II, d'où des discours seront prononcés. Le départ est fixé à 14h00 et l'arrivée à 16h00 sur l'esplanade de l'Europe près de la gare du Midi, avant la dislocation du cortège à 17h00.
  2. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.