Plein écran
Les centrales de Doel 1 & Doel 2. © photo_news

Electrabel n’a aucune raison de prolonger Doel 1 et 2

Electrabel a enregistré une perte de valeur de près de 200 millions d'euros sur les réacteurs nucléaires de Doel 1 et 2, a découvert l'Echo en marge des comptes 2018 de l'entreprise. Prolonger les deux réacteurs n'est pas rentable.

"Nous avons dû constater en 2018 que quatre réacteurs ne sont pas prolongeables", explique au quotidien Patrick Gaussent, directeur financier d'Electrabel. "Il s'agit de Doel 3 et Tihange 2, touchés par des inclusions, et de Doel 1 et 2, qui pourraient se voir imposer des normes sismiques plus strictes à l'avenir."

Electrabel a alors fait passer un test de dépréciation aux réacteurs. "Et ce test nous a montré que nous allions perdre, d'ici à 2020, quelque 200 millions d'euros sur la prolongation de Doel 1 et 2, qui s'accompagne d'un investissement de près de 700 millions d'euros."

Cette perte s'explique par le fait que ces deux unités ont été à l'arrêt plus longtemps que prévu en raison d'une fuite dans le circuit primaire de Doel 1, et qu'une prolongation au-delà de 2025 ne fait plus partie des scénarios réalistes.

Si la future coalition gouvernementale envisage d'autres prolongations, le groupe risque donc fort d'y regarder à deux fois, écrit L'Echo.

Plein écran
© BELGA