Plein écran
© belga

Elio Di Rupo a pris un vol commercial pour se rendre au sommet de l'Otan

Le Premier ministre belge Elio Di Rupo a affirmé samedi avoir pris un vol commercial afin de se rendre en solo au sommet de l'Otan à Chicago (Etats-Unis) - alors qu'un avion gouvernemental a emmené le reste de la délégation belge - pour être suffisament reposé avant cette réunion qu'il a qualifiée d'"importante".

Plein écran
© belga

"Nous avons réservé (ce vol et l'hôtel) longtemps à l'avance avant de savoir qu'il y avait un avion gouvernemental", a-t-il affirmé à la presse à la veille du sommet, en marge d'une rencontre avec la communauté belge vivant à Chicago, le fief du président américain Barack Obama.Le Premier ministre a surpris en empruntant ce vol civil alors qu'un avion militaire - peu rempli - a effectué le même trajet le lendemain. "J'éprouve des difficultés avec le décalage horaire et j'essaie quand c'est possible de prendre un jour avant pour être en super-forme", a expliqué M. Di Rupo, se déclarant "en super-forme pour travailler" avant cette réunion des chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'Otan qui sera dominée par la perspective du retrait d'ici fin 2014 des troupes de combat occidentales déployées dans ce pays depuis une décénnie. Le chef du gouvernement, qui s'est rendu à Chicago par un vol au départ de Francfort (Allemagne), a également confirmé qu'il rentrerait lundi, avec une arrivée prévue mardi en Belgique, avec l'avion gouvernemental - l'Airbus A330 que loue le ministère de la Défense à une compagnie civile portugaise - en compagnie des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Didier Reynders et Pieter De Crem.

  1. Elle n’a pas remis son enfant à l’école: “Pas à cause du coronavirus”
    Interview

    Elle n’a pas remis son enfant à l’école: “Pas à cause du coronavi­rus”

    Ce lundi 25 mai, plusieurs élèves de première et deuxième primaire ainsi que de deuxième secondaire sont retournés sur les bancs de l’école. Ceux en difficulté dans les autres années également. Les experts l’affirment: c’est une bonne chose pour eux. Pourtant, cette rentrée n’est pas vraiment obligatoire. Des parents ont choisi de ne pas renvoyer leurs enfants dans leurs établissements scolaires.