Plein écran
La victime © HLN.be

Elle vit toujours mais le médecin signe le constat de décès: elle meurt quelques heures plus tard

Mise à jourUn médecin urgentiste d’Eeklo, en Flandre-Orientale, a écopé lundi d’une peine de six mois de prison avec sursis pour avoir erronément conclu au décès d’une femme de 78 ans. Le tribunal correctionnel de Gand l’a également condamné à une amende effective de 4.000 euros.

La septuagénaire circulait à vélo le jour des faits et s’était retrouvée dans la Lieve, un canal à Zommergem. Des passants ayant remarqué une personne dans l’eau avaient averti les services d’urgence. Comme le veut la procédure, il revient à un médecin de déterminer si le décès doit être prononcé. 

Négligences coupables

C’est en tant que tel que Eric V. s’était rendu sur place et avait constaté le décès de cette femme. Mais, selon les proches, ce médecin n’a pas agi comme il le devait. “Il ne s’est pas rendu au bord de l’eau”, a plaidé l’avocate des parties civiles. “Il aurait dû aller plus près de la victime mais il ne l’a pas fait. Il est à peine resté 10 minutes.”

Décès par hypothermie

Lorsqu’il a été constaté qu’elle vivait encore, la septuagénaire a été transportée à l’hôpital, où elle est décédée d’hypothermie. “Elle est encore restée 1h30 dans l’eau glacée en raison du constat erroné du médecin”, a fait valoir le tribunal.

Plein écran
Le canal où a été retrouvée la victime © Wannes Nimmegeers