Rafales et averses seront au programme ce mardi.
Plein écran
Rafales et averses seront au programme ce mardi. © Getty Images/iStockphoto

Ellen et Francis approchent: “Les tempêtes ont aussi des avantages”

Mise à jourNuages et quelques averses seront au programme mardi, sous des températures comprises entre 4 et 10 degrés, selon les prévisions de l'Institut royal météorologique (IRM). Le vent soufflera modérément à fortement, avec des rafales atteignant les 60 km/h et 80 km/h ce week-end avec le passage d’Ellen et Francis. Mais faut-il vraiment craindre la grande méchante tempête? Pas selon les experts.

La Belgique sera balayée pendant la nuit de mardi à mercredi par les pluies et averses. Celles-ci pourront adopter un caractère hivernal en Ardenne. Le thermomètre affichera de 0 à 5 degrés, sous un vent qui restera soutenu. Des rafales de 75 km/h sont attendues.

La pluie quittera le pays par le sud-est mercredi matin. Des précipitations hivernales resteront possibles en matinée en Haute Ardenne. Le temps restera sec jusqu'à la fin de la journée où le ciel se couvrira depuis l'ouest. Le mercure oscillera entre 2 et 8 degrés, sous un vent modéré à parfois assez fort.

Nuages, pluie et vent resteront fixés sur la Belgique encore jeudi où il fera plus chaud, avec 5 à 11 degrés prévus. Pendant la nuit de jeudi à vendredi, les rafales souffleront jusqu'à 80 km/h. Le risque est grand que les perturbations Ellen et Francis, qui suivent de près les tempêtes Ciara et Dennis, ne viennent bousculer le week-end prochain. 

Le souvenir terrifiant de 1990

Il n’est pas certain cependant qu’Ellen et Francis soient un problème: “Les tempêtes se sont affaiblies aujourd’hui. Hier, on parlait encore de rafales à 90 km/h, aujourd’hui juste de bourrasques à 80 km/h”, relativise Frank Duboccage, météorologue de VTM. Mais il reste prudent: “Il est vrai aussi que l'on ne s’attendait pas à ce que Dennis soit si puissant, il nous a pris par surprise”.

Une chose est sûre, les vents seront forts. “Les derniers jours, 30% de notre électricité a été produite par les éoliennes, contre 8 à 10% d’habitude”, ajoute le météorologue Frank Deboosere, qui rappelle que les tempêtes ont aussi des avantages. “Nous avons peut-être eu deux tempêtes en deux semaines, mais également un automne très calme. Ce qui ressort surtout de tout cela, c’est que nous devenons de plus en plus inquiets face au vent. Dès que le vent atteint 100km/h, on fait comme si c’était la fin du monde. Ciara, c’était du 115 k/h, Dennis 108 km/h. Les premiers mois de 1990 étaient bien pires. Début mars, on recensait alors déjà 11 tempêtes sur le pays. La pire a eu lieu le 25 janvier 1990, avec 11 morts et des vents à 168 km/h”, précise-t-il à titre de comparaison. Autant dire que la mémoire du Belge est bonne, mais qu’Ellen et Francis ne doivent pas nous inquiéter outre mesure.