Plein écran
Emin Özkara © Facebook

Emin Özkara “ne participait plus aux réunions” de groupe PS “depuis longtemps”

Le départ d'Emin Özkara du groupe PS du parlement bruxellois n'a pas surpris le chef du groupe socialiste, Ridouane Chahid. Interrogé par Belga, celui-ci a rappelé dimanche que le torchon brûlait avec le député désormais indépendant depuis la fin de la campagne électorale et a laissé entendre que celui-ci n'avait sur le fond, pas de lien avec l'exclusion d'Emir Kir par la commission de vigilance.

A la fin du mois d'avril dernier, la police était descendue dans les locaux du groupe PS du parlement bruxellois à la suite d'un dépôt de plainte d'Emin Özkara pour "cambriolage de son bureau". Le groupe PS y avait vu des accusations alimentées par la structure Transparencia, très remontée contre une des multiples dispositions du projet d'ordonnance du gouvernement bruxellois sur la transparence de l'administration alors en bout de parcours parlementaire. La disposition en question impose de fournir une copie de sa carte d'identité pour chaque demande d'accès à un document administratif si elle n'est pas introduite par un avocat. 

L'association avait indiqué qu'en tant que co-auteur d'une proposition d'amendement visant le retrait de cette mesure, Emin Özkara avait fait l'objet d'intimations en interne et que son bureau de député avait été cambriolé.

Le groupe socialiste avait alors dénoncé des "accusations fantasques et des pratiques de harcèlement inacceptables" dans le chef de l'association et dit avoir pris connaissance "avec stupeur des accusations" de celle-ci concernant "une soi-disant effraction dans le bureau d'un député PS".

“Son départ n’est en rien étonnant”

Le groupe socialiste avait jugé que les accusations dont il fait l'objet relevaient "soit de la pure invention, soit de la calomnie".

Faisant état de pressions et d'intimidations à l'égard de personnel politique, de collaborateurs et des services du parlement rendant impossible la tenue d'un débat démocratique serein, il avait alors fait état des insultes et bousculades, dans les locaux même de leur groupe parlementaire, dont une députée et une collaboratrice avaient été victimes, sous les yeux de la police".

L'ex-chef du groupe Caroline Désir a depuis lors déposé plainte contre la commission de vigilance du parti contre Emin Özkara dont la situation devait encore être examinée par celle-ci, a précisé dimanche l'actuel chef du groupe PS, Ridouane Chaïd. 

"Emin Özkara ne participait déjà plus aux activités du Groupe Socialiste. Son départ n'est en rien étonnant dans la mesure où nous n'avions plus aucun point commun depuis la dernière campagne électorale", a-t-il commenté, laissant entendre que sur le fond, le départ de celui-ci n'a pas de lien avec l'exclusion d'Emir Kir. 

  1. Les patrons de la Maison du Péket condamnés pour avoir exploité des dizaines d'étudiantes

    Les patrons de la Maison du Péket condamnés pour avoir exploité des dizaines d'étudian­tes

    Les frères Sorgic, propriétaires de la Maison du Péket de Liège, ont été condamnés lundi par le tribunal correctionnel de Liège à des peines de 18 mois de prison avec sursis et à d'importantes amendes pour des faits de fraude sociale dans le cadre de l'exploitation de plusieurs de leurs établissements à Liège. Près de 158 étudiantes avaient été sous-payées alors qu'elles travaillaient dans leurs établissements.
  2. Oualid Sekkaki tente encore de berner la police: bien essayé, mais c'est raté

    Oualid Sekkaki tente encore de berner la police: bien essayé, mais c'est raté

    Oualid Sekkaki, qui s’est évadé de la prison de Turnhout il y a plus de deux mois, essaie tant bien que mal de brouiller les pistes menant à l’endroit où il se cache. Après avoir fait croire aux enquêteurs qu’il se trouvait en Thaïlande, le fugitif a, via son entourage, partagé une photo sur les réseaux sociaux où il prétend profiter du soleil en Amérique du Sud. Sauf que ce cadre idyllique a davantage un accent brabançon que latino...