Emmanuel Andre, virologue à la KUL Leuven
Plein écran
Emmanuel Andre, virologue à la KUL Leuven © BELGA

Emmanuel André propose d’élargir les critères de test pour favoriser le contact tracing

Si davantage de personnes pouvaient être testées pour le coronavirus, les patients contaminés seraient peut-être plus enclins à fournir les noms des personnes avec qui ils ont été en contact, estime le virologue Emmanuel André mardi dans De Morgen et De Standaard. Il plaide pour un élargissement des critères de test.

M. André dresse le constat que peu de renseignements sont fournis par les personnes contaminées car elles se sentent coupables d'avoir eu trop de contacts ou encore parce qu'elles ne souhaitent pas occasionner le placement de proches en quarantaine. Le virologue demande donc que les critères de test soient élargis, alors qu'en ce moment ceux-ci ne sont entrepris qu'auprès des personnes présentant des symptômes, sauf en milieu hospitalier ou de soins.

Pourtant, la capacité actuelle est de 25.000 tests. Or, lundi, seuls 13.860 ont été réalisés en un jour, dont 279 sont revenus positifs. M. André propose de tester aussi les contacts à haut risque, soit les personnes qui ont été plus de 15 minutes en contact avec un individu contaminé à moins de 1,5 mètres ou dans un environnement fermé. 

De la sorte, les patients sont incités à fournir plus facilement les noms des personnes concernées aux contact tracers, en sachant qu'elles seront testées et non pas placées en quarantaine. Il indique en outre que "le coût économique de quelques tests est inférieur à un jour de quarantaine." 

  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.