Plein écran
Muriel Targnion, présidente d'Enodia. © belga

Enodia (ex-Publifin) supprime Finanpart, comme l'avait recommandé la commission d'enquête

Le conseil d'administration de l'intercommunale liégeoise Enodia (ex-Publifin) a bien décidé ce mercredi la suppression de Finanpart, structure intermédiaire entre elle et Nethys, comme l'avait recommandé la commission d'enquête parlementaire il y a deux ans, a-t-on appris auprès de la présidente d'Enodia, Muriel Targnion.

Finanpart est vue par la commission d'enquête comme une structure éloignant artificiellement l'intercommunale des centres de décision de Nethys, un obstacle au contrôle public du groupe.

Cette opération n'aurait pas pu se faire plus tôt en raison d'opérations préliminaires relatives à RESA, a exposé Mme Targnion. La suppression formelle n'interviendra pas avant plusieurs semaines vu la nécessité de passer en assemblée générale (extraordinaire).

Mme Targnion a par ailleurs réfuté toute tension entre Enodia et Nethys concernant la vente des actifs concurrentiels. "L'emploi à Liège et le redéploiement économique sont au cœur des préoccupations". 

Enodia comprend qu'une confidentialité soit nécessaire pour ce type d'opérations concurrentielles, tandis que Nethys comprend que l'intercommunale a besoin de s'assurer du respect des intérêts provinciaux et communaux. Les deux présidents ont donc proposé que le cabinet de révisorat, instance indépendante soumise aux règles de la profession et vérifiant le respect du code des sociétés, étende sa compétence aux opérations en cours. 

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.