Plein écran
Archives. © belga

Entre 9.000 et 12.000 manifestants du non-marchand à Namur

UpdatePlus de 12.000 personnes selon le front commun syndical et 9.000 selon la police ont manifesté lundi matin dans les rues de Namur contre la réforme des aides à la promotion de l'emploi (APE) qui doit être votée cette semaine au Parlement de Wallonie, et plus généralement contre la commercialisation du secteur non-marchand.

"Nous sommes plus de 12.000, aujourd'hui, pour dire 'non' à la marchandisation des services à la personne, 'non' à la diminution des moyens consacrés aux services publics et 'non' à l'asphyxie financière du tissu associatif", y a martelé Marc Becker, secrétaire national de la CSC.

"Nous avons toujours été demandeurs d'une réforme des aides à la promotion de l'emploi mais nous nous opposons à la volonté du gouvernement actuel de marchandiser le secteur et de raboter les budgets, sans concertation sociale malgré ce que le ministre Jeholet affirme et en laissant de côté les publics les plus fragilisés", a expliqué, à l'entame de la manifestation, Marc Becker, secrétaire national de la CSC.

Le service public dans le collimateur
"Nos revendications sont aujourd'hui plus larges que lors des premières manifestations au printemps dernier", a de son côté souligné Thierry Bodson, le patron de la FGTB wallonne. "Après la réforme des APE, le ministre Jeholet s'attaque en effet aux dépenses éligibles des ASBL actives dans l'insertion socioprofessionnelle, des structures qui encadrent pourtant les publics les plus précarisés et qui vont se retrouver en grandes difficultés financières", a-t-il pointé.

"De réformes en réformes, menées au pas de charge et sans connaissance du terrain, on voit que c'est le service public qui est dans le collimateur du gouvernement", a poursuivi Thierry Bodson.

La réforme des APE doit être soumise au vote du parlement wallon mercredi en séance plénière alors que la coalition MR-cdH vient d'y perdre sa majorité après le départ annoncé de la parlementaire libérale Patricia Potigny vers les listes Destexhe.

Parti peu après 10h00 de la gare de Namur, le cortège multicolore et bruyant est arrivé aux environs de midi sur la place Saint-Aubain. 

  1. Des traces de légionellose dans cinq entreprises, deux nouveaux patients diagnostiqués

    Des traces de légionello­se dans cinq entrepri­ses, deux nouveaux patients diagnosti­qués

    Deux nouvelles victimes de la bactérie Legionella ont été signalées dans la zone du canal à Gand, portant le nombre de cas à 23, a indiqué lundi l’agence flamande de santé Zorg en Gezondheid. L’origine de la contamination n’est toujours pas connue, mais les options ont progressivement été réduites pour être ramenées à deux entreprises. Au total, des échantillons ont été prélevés dans 17 entreprises. Deux personnes sont déjà décédées.
  2. Perquisition au siège de Carrefour à Evere

    Perquisiti­on au siège de Carrefour à Evere

    La chaîne de supermarchés Carrefour a confirmé qu'une perquisition avait été effectuée lundi à son siège d'Evere. L'auditorat de l'Autorité belge de la Concurrence (ABC) a indiqué qu'il effectuait des perquisitions auprès d'entreprises actives dans le secteur de la grande distribution "suspectées d'avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans le cadre d'une alliance d'achats relative à des produits de grande consommation". Une porte-parole de Colruyt a précisé que l'entreprise n'était pas concernée. Personne n'a encore pu être joint chez Delhaize et Albert Heijn.