Plein écran
© Photo News

Eric Van Rompuy: “Si la N-VA peut nous achever, elle n’hésitera pas”

Le formateur flamand Bart De Wever n’a toujours pas choisi ses partenaires de coalition pour le gouvernement flamand. Une réponse était attendue ce week-end mais la N-VA ne veut pas se précipiter et prend son temps. Le leader des nationalistes s’était entretenu avec l’Open Vld, le CD&V, le sp.a et le Vlaams Belang, mais aucun choix n’a finalement été posé.

Alors que le verdict du formateur était attendu pour ce week-end, c’est toujours l’incertitude par rapport à la coalition privilégiée. Ce week-end, rien n’a bougé. “Les négociateurs avaient un week-end libre”, affirme un porte-parole de la N-VA. “La N-VA est divisée en interne”, estime une autre source. On ne sait donc toujours pas qui De Wever choisira entre le CD&V (coalition suédoise) et le sp.a (coalition bourguignonne). L’Open VLD, lui, devrait faire partie de la majorité. Le parti serait déjà en train de constituer son équipe de négociateurs.

Au CD&V, certains ne voient pas d’un bon œil la situation actuelle. C’est le cas d’Eric Van Rompuy, ex-président de la Commission des Finances de la Chambre. “Si la N-VA peut nous achever, elle n’hésitera pas”, prévient-il dans Het Laatste Nieuws.

“Pour être clair, je n’ai aucune information sur ce qui est en train de se passer pour l’instant. Mais je vois ce que je vois. Si John Crombez a pris le risque de demander un mandat de négociation à ses militants dans la lumière des projecteurs, c’est que Bart De Wever aimerait l’inclure dans une coalition. Et je sais pourquoi. La N-VA veut régler ses comptes avec nous, soi-disant parce que le CD&V lui a mis des bâtons dans les roues pendant cinq ans. Et bien, ce n’est pas juste”, analyse-t-il.

Et le chrétien-démocrate flamand de prolonger. “C’est grâce au CD&V qu’il y a encore des accords sociaux. Et puis, il ne s’agit pas que de ça. La N-VA veut nous remplacer comme parti du peuple. Pour une coalition au fédéral, elle n’a pas besoin de nous. Le sp.a est alors plus utile. (…) Seulement si c’est mathématiquement indispensable, nous serons au fédéral”, termine le frère de l’ancien président du conseil européen.

Plein écran
© Photo News
  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.