“Eros-center” clandestin à Charleroi : 7 personnes inculpées

Sept personnes ont été inculpées vendredi à Charleroi pour tenue d'une maison de débauche et exploitation de la prostitution, confirme le parquet de Charleroi. 

Plein écran
Capture d'écran © Capture d'écran

Mardi, la police judiciaire locale de Charleroi avait mené 20 perquisitions qui avaient permis de démanteler deux réseaux de prostitution dans un immeuble abandonné à la rue du Moulin à Lodelinsart (Charleroi). Sept personnes avaient été placées sous mandat d'arrêt.

Deux réseaux de prostitution

L'enquête qui a débuté en décembre 2018 se penchait sur un proxénète présumé, propriétaire de l'immeuble perquisitionné. Grâce aux perquisitions, deux réseaux de prostitution très organisés avaient été découverts. Ces réseaux comprenaient des prostituées brésiliennes mais également des standardistes, des chauffeurs ou des intendants. 

Prostituées du Brésil et de Roumanie

Au total, 20 perquisitions dans plusieurs communes avaient été menées : seize à Lodelinsart, les quatre autres à Couillet, La Louvière, Monceau et Marchienne. Une trentaine de prostituées brésiliennes ont été découvertes mais également des femmes originaires de Roumanie. Ces dernières ne semblent pas avoir un lien avec les réseaux, signale le parquet. 

Sept personnes avaient été placées sous mandat d'arrêt dont les patronnes des réseaux, leurs enfants qui occupaient différentes fonctions dans l'organigramme et des "sous-patrons".

Le propriétaire arrêté

Le propriétaire du bâtiment utilisé, et principal suspect, et une personne qui l'accompagnait avaient été interpellés dans la soirée de mardi à l'aéroport de Zaventem. Ils venaient d'arriver de Kiev, en Ukraine. Ce vendredi, le procureur du Roi confirme qu'aucun autre mandat d'arrêt n'a été délivré dans ce dossier. 

  1. Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Danny V.D.V., un Belge de 57 ans, risque une lourde peine d’emprisonnement voire même la peine de mort pour avoir dealé de la cocaïne en Thaïlande, où il est installé depuis longtemps. La famille et les amis du Belge s’inquiètent: “Une exécution? Allez, franchement! Ici, un dealer reçoit une amende, ou peut-être un bracelet électronique, quand même pas une injection létale!”.