Plein écran
© getty

Esclavagisme moderne et arnaque dans une société de services pour seniors

Selon une enquête menée par le magazine Knack et Telefacts, la société Seniorcare24 emploierait des travailleurs pour moins de la moitié du salaire minimum belge. Les personnes âgées bénéficiant des aides fournies par la société seraient également victimes d'arnaque.

La société Seniorcare24 propose une aide et des soins 24h/24 pour les personnes âgées ne souhaitant pas séjourner en maison de repos. Mais selon une enquête menée par le magazine Knack et Telefacts, derrière cette SPRL se cacheraient pas moins de neuf sociétés bulgares de soins, toutes situées à la même adresse.

L'une de ces sociétés, Care4You, avait été visée par les services d'inspection belges en 2016. Ils avaient ainsi découvert que les droits sociaux du personnel soignant engagé en Belgique n'étaient pas respectés: quelque 82 travailleurs n'étaient pas suffisamment rémunérés. De plus, la législation sur les heures de travail et sur les périodes de repos n'était pas respectée. S'ils parlaient aux services d'inspection, les travailleurs risquaient également de se faire licencier et de devoir verser des dommages à hauteur de 1.000 euros à la société. 

Quelques mois avant le jugement, Care4You a finalement été revendue à un homme de paille. Mais avant cela, les actifs ont été transférés à une autre société.

Clients dupés
En plus des travailleurs, les clients de Seniorcare24 ont également été dupés. Lorsqu'ils faisaient appel aux services de la société, les clients étaient finalement amenés à signer un contrat avec l'une des filiales bulgares. Des prestataires de soins étaient alors détachés pour une période de six mois en Belgique. Le client devait prendre en charge le logement, la connexion internet ainsi que les billets d'avion des aides-soignants. Des frais qui étaient pourtant déduits du salaire des travailleurs. Alors que le client payait environ 2.500 euros par mois pour ce service, les soignants n'obtenaient eux qu'entre 350 à 700 euros de salaire. 

Il n'existe par ailleurs aucune garantie quant à la formation reçue par ces soignants.

Mesures à prendre
L'opposition a demandé au Ministre flamand du Bien-Etre, des Affaires sociales et de la Famille, Jo Vandeurzen (CD&V), de prendre des mesures contre la fraude sur le marché du travail dans le domaine des soins aux personnes âgées. "Des soigneurs bulgares qui travaillent de 24h/24, 7 jours sur 7 pour un salaire mensuel compris entre 350 et 700 euros, c'est de l'esclavage moderne", a déclaré le membre du parlement flamand Jan Bertels (sp.a).

"La prise en charge des personnes âgées est une tâche essentielle du gouvernement flamand qui ne peut permettre à des entreprises fantômes d'exploiter des employés pour prendre soin des seniors ayant besoin de soins. Nous prévoyons une répression de ce type de fraude sur le marché du travail, ainsi que des mesures à long terme", a déclaré Elke Van den Brandt (Groen).

Une offre abordable quasi inexistante
Selon l'opposition, cette arnaque est le résultat d'un manque d'offre pour des soins à domiciles abordables. "Les gens profitent des personnes vulnérables. D'une part, les personnes sont employées dans des conditions illégales et inhumaines, et d'autre part les personnes âgées sont confrontées à une pratique inacceptable", a ajouté Elke Van den Brandt.