Exonération de la taxe “terrasse” pour aider le secteur horeca hutois

Le Collège communal de Huy a décidé d’accorder de nouvelles exonérations d'un montant de 50.000 € afin de soutenir le secteur horeca, durement touché par la crise sanitaire du Covid-19.

Illustration.
Plein écran
Illustration. © Getty Images

Huy étant une ville à vocation commerciale, et le secteur horeca étant fortement touché par la crise du Covid 19, le Collège communal a décidé, en plus des exonérations déjà accordées en tout début de crise, d’exonérer entièrement les acteurs du secteur horeca qui sont restés à l’arrêt de la taxe sur les terrasses et de la taxe sur les débits de boissons. Le montant de ces nouvelles exonérations avoisine les 50.000 €.

Un montant qui s’ajoute aux 95.000 € d’exonération que le Collège communal avait déjà décidé et qui avait permis la suspension des loyers des établissements horeca établis dans des bâtiments communaux, la suspension des taxes et redevances sur les marchés, les foires et les agences de pari, le temps de la crise.

Des points relatifs aux exonérations décidées par le Collège seront présentés mardi lors du conseil communal.

“Parallèlement à ces mesures visant à soutenir le secteur horeca, les services de la Ville réalisent un relevé des secteurs les plus durement touchés par la crise afin de prendre des mesures d’entraide visant les franges de la population les plus fragilisées et afin de proposer à moyen terme un plan de soutien et de relance secteur par secteur”, assurent les autorités communales.

Retrouvez ici toute l’actualité de la province de Liège.

  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.