Plein écran

Explosion à Wilrijk: Louisa, 87 ans, a été retrouvée morte, l’intervention des secours terminée

MISE À JOURLa dernière personne portée disparue après l’explosion mardi dans une habitation de Wilrijk, près d’Anvers, a été retrouvée morte dans la nuit de mardi à mercredi, ont confirmé les pompiers anversois à Belga. Il s’agit de Louisa D., une femme de 87 ans. Les secours terminaient mercredi après-midi leur intervention sur place.

Louisa D. était la seule habitante des trois habitations que la police n’avait pas encore pu atteindre et qui n’avait pas encore pu être sortie des décombres par les pompiers.

Les services de secours terminent mercredi en milieu de journée leur intervention. “Les pompiers et la protection civile ont encore dégagé des débris toute la nuit”, indique Jasmien O, porte-parole des pompiers anversois. “Quelque 40 conteneurs ont été dégagés”.

L’intervention des secours se termine, mais cela ne veut pas dire que les restes des maisons détruites ont disparu. La place, au Ridderveld, va cependant pouvoir être libérée, tandis que le site de l’explosion en elle-même va être sécurisé.

Les sociétés d’assurances vont ensuite faire leur travail, et un expert du parquet doit se déplacer dans le cadre de l’enquête judiciaire en cours, pour tenter de déterminer la cause exacte de l’explosion.

GZA, institution hospitalière qui regroupe plusieurs sites ainsi que des maisons de repos et de soins a indiqué mercredi mettre à disposition quelques habitations sur son campus de Hollebeek, situé non loin du site de l’explosion. L’hôpital veut ainsi aider les victimes dont la maison est actuellement inhabitable. 

Le laboratoire judiciaire s’est rendu sur place dans le courant de la nuit. Un juge d’instruction avait également fait le déplacement auparavant. La cause de l’explosion demeure toujours inconnue.

Trois personnes ont été secourues: deux hommes de 57 et 76 ans, et une femme de 47 ans. L’une de ces trois victimes a déjà pu quitter l’hôpital. Deux autres personnes légèrement blessées ont été soignées sur place.

Pas de danger pour le voisinage

Au total, six habitations ont été violemment touchées par l’explosion, tandis que des vitres, des portes, des murs et des toitures ont été endommagés à proximité.

La plupart des riverains ont été raccompagnés chez eux mardi soir par la police et les pompiers, qui se sont assurés que les lieux ne présentaient pas de danger. De faibles quantités d’amiante ont été découvertes sur place. Celles-ci vont être évacuées par une société spécialisée. Le sinistre ne représente aucun danger pour le voisinage, assure la Ville.

Aquafin: “Aucun lien apparent entre les travaux et l’explosion”

L’entreprise d’épuration de l’eau Aquafin estime, après analyse interne et le contact pris avec l’entrepreneur au travail près du lieu de l’explosion à Wilrijk, qu’elle ne voit “toujours aucun lien possible” entre lesdits travaux et l’incident. “Les travaux de canalisation à cet endroit étaient terminés depuis 10 jours et ce qu’il restait à faire n’impliquait pas de travailler en sous-sol”.

“Nous avons encore réexaminé le rapport journalier des travaux et vérifié la canalisation”, indique la porte-parole Valerie Lievens mercredi. “Nous avons testé la buse et elle fonctionne comme il faut”.

L’entrepreneur qui effectuait les derniers travaux et avec lequel Aquafin a pris contact, n’avait rien remarqué d’alarmant.

Aquafin précise encore avoir eu un contact avec la police et apporté sa pleine collaboration à l’enquête. Le chantier situé Ridderveld est pour le moment à l’arrêt pour laisser les services de secours faire leur travail.

Plein écran
BELGA PHOTO DIRK WAEM © BELGA
Plein écran
© Marc De Roeck
  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.