Plein écran
La Belgique a intensifié sa lutte contre les trafiquants d'êtres humains ces dernières années, notamment en menant davantage d'actions sur les itinéraires prisés des passeurs. © Belga

Explosion du nombre de trafiquants d'êtres humains condamnés

En 2017, 175 personnes ont été condamnées en Belgique pour trafic d'êtres humains, un chiffre qui a plus que triplé depuis 2014, écrit jeudi Apache. Le site d'informations se base sur les chiffres de la Cellule interdépartementale de coordination de la lutte contre le trafic et la traite des êtres humains.

Les Irakiens, les Belges et les Syriens étaient les plus condamnés en 2017 pour trafic d'êtres humains, en tout cas parmi ceux dont la nationalité était connue au moment du jugement. 

La Belgique a intensifié sa lutte contre les trafiquants d'êtres humains ces dernières années, notamment en menant davantage d'actions sur les itinéraires prisés des passeurs. En 2014, 50 condamnations ont été émises pour trafic d'êtres humains, 124 en 2015 et 163 en 2016.

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.
  2. Deux personnes inculpées de traitements inhumains sur un sexagénaire à Dampremy

    Deux personnes inculpées de traite­ments inhumains sur un sexagénai­re à Dampremy

    La belle-fille d'un sexagénaire et le frère de cette dernière ont été inculpés de traitements inhumains et dégradants sur J.B., âgé de 63 ans, à Dampremy, indique mercredi le parquet de Charleroi. La victime a subi différents sévices après avoir été recueilli chez son fils et sa belle-fille à la suite de thromboses. Elle devait en outre vivre en dehors de leur maison entre 6h00 et 22h00.