L'intervention des forces de l'ordre a fait l'objet de nombreuses critiques quant à la proportionnalité des moyens déployés face à des manifestants non violents et à la gratuité de certains gestes posés par des policiers.
Plein écran
L'intervention des forces de l'ordre a fait l'objet de nombreuses critiques quant à la proportionnalité des moyens déployés face à des manifestants non violents et à la gratuité de certains gestes posés par des policiers. © BELGA

Extinction Rebellion: des dizaines de témoignages d'abus et une enquête ouverte

Le mouvement Extinction Rebellion a déjà rassemblé plus de 30 témoignages sur l'action de la police de Bruxelles-Ixelles dans le cadre de la répression de l'action de désobéissance civile sur l'urgence climatique de samedi, tant sur la place Royale que dans les cellules. Il est question de harcèlement et même de possibles mauvais traitements. "Si ces déclarations s'avèrent correctes, ces actes sont naturellement inadmissibles", a déclaré Ilse Van de keere, porte-parole de la police zonale.

L'intervention des forces de l'ordre a fait l'objet de nombreuses critiques quant à la proportionnalité des moyens déployés face à des manifestants non violents et à la gratuité de certains gestes posés par des policiers. C'est notamment le recours à l'auto-pompe qui est questionné au niveau des décisions prises par les responsables. A titre individuel, des images diffusées dans les médias ont par exemple montré des manifestants aspergés de gaz lacrymogène alors qu'ils étaient immobilisés au sol. "Les gens ont été impressionnés, perplexes même, face à ce qui s'est passé", rapporte Linde Polfliet, porte-parole d'Extinction. "Le sentiment général c'est qu'ils ne s'attendaient pas à que cela soit possible en Belgique". 

La police a déjà annoncé qu'une enquête serait ouverte pour évaluer l'intervention policière. Extinction Rebellion envisage de déposer une plainte collective sur la base des témoignages rassemblés, mais la question n'est pas encore tranchée. Pieter Geens, un autre porte-parole du mouvement, explique que "toute notre énergie se concentre pour l'instant à apporter du soutien aux victimes, physiquement, psychologiquement mais aussi juridiquement. On s'occupe d'abord des gens qui ont souffert et on verra dans un second temps si on décide de porter plainte. Ce n'est pas le plus important pour nous". 

Les militants envisagent de se mobiliser lundi au prochain conseil communal de la Ville de Bruxelles. Le bourgmestre Philippe Close a entretemps proposé de se mettre autour de la table avec les activistes pour voir comment ils peuvent organiser au mieux leurs éventuelles prochaines actions. "Nous sommes toujours prêts à dialoguer", a assuré Linde Polfliet.

  1. La fermeture à 1h du matin, une demande francophone: “Ils mangent plus tard”

    La fermeture à 1h du matin, une demande francopho­ne: “Ils mangent plus tard”

    Les restaurants et les cafés pourront rouvrir leurs portes jeudi prochain, a annoncé la Première ministre Sophie Wilmès mercredi à l'issue du Conseil National de Sécurité. L'heure de fermeture maximale a été fixée à 1h du matin et non à minuit comme attendu. “Cela est dû à la mentalité méridionale des francophones. Ils mangent plus tard”, a justifié la ministre fédérale de L'Économie Nathalie Muylle (CD&V).
  2. L'un des ravisseurs de l’enfant de 13 ans avait été sauvé de la noyade par la police l’an dernier

    L'un des ravisseurs de l’enfant de 13 ans avait été sauvé de la noyade par la police l’an dernier

    Omar L., 25 ans, l’un des ravisseurs présumés de l’enfant de 13 ans à Genk, a été sauvé à la fin de l’année dernière par la police alors qu’il nageait dans l’Escaut. Sur des photos diffusées par HLN, on voit comment l’individu a été secouru par la police et les pompiers à l’aide d’une bouée. Il était, selon le journal flamand, en fuite après un cambriolage lors de l’incident.