Plein écran
Marche noire à Bruxelles © Photo News

Faible mobilisation pour la marche noire

Mise à jourLa “marche noire”, organisée 23 ans après la “marche blanche” en guise de protestation notamment contre l’éventuelle libération conditionnelle de Marc Dutroux, ne rassemblait que 400 personnes en ce dimanche après-midi maussade à Bruxelles, selon le comptage officiel de la police, qui attendait la participation de plusieurs milliers de citoyens.

 L’arrivée est fixée à 16h00 sur l’esplanade de l’Europe près de la gare du Midi et la dislocation du cortège à 17h00.

De grandes banderoles portant les messages “Pas de liberté pour les bourreaux d’enfants” et “La loi des anges” étaient arborés par les manifestants, qui avaient également emmené un cercueil en bois.

“Dutroux reste au trou”

Des slogans ont été scandés, parmi lesquels “Dutroux reste au trou”. Les manifestants s’étaient habillés en noir. Certains portaient des peluches. La manifestation était familiale. De nombreux enfants étaient présents. Thierry Lemmens, le père de Stacy, a tenu à prendre part au rassemblement : “C’est impensable”, estime-t-il en référence à l’éventuelle libération de Marc Dutroux. “Il recommencera. Il touchera à d’autres enfants. (...) Ils n’ont rien à faire dehors”.

“Nous voulons une vraie peine à perpétuité”, a expliqué une organisatrice. “On a envie que les enfants soient protégés de ces personnes-là. Il est grand temps que cela bouge. Nous exigeons la loi des anges. C’est une loi qui va protéger les enfants en exigeant une peine à vie pour leurs bourreaux”. Plus largement, elle estime que les abus sexuels sur les enfants sont trop peu considérés par la justice.

La marche blanche avait rassemblé 350.000 Belges le 20 octobre 1996 à Bruxelles à la suite de l’arrestation de Marc Dutroux et de l’arrêt de la Cour de cassation dessaisissant de l’enquête le juge d’instruction Jean-Marc Connerotte.

La décision sur une éventuelle expertise psychiatrique attendue le 28 octobre

Michel Lelièvre a été condamné en 2004 par la cour d’assises d’Arlon à 25 ans de prison pour avoir aidé Marc Dutroux à enlever Sabine, Laetitia, An et Eefje. Il a été libéré sous conditions lundi 30 septembre par le tribunal de l’application des peines, après 23 ans passés en prison.

La décision du tribunal de l’application des peines de Bruxelles concernant la demande d’une nouvelle expertise psychiatrique de Marc Dutroux, âgé de 62 ans, pour évaluer son état mental actuel et son risque de récidive est attendue le 28 octobre prochain. Si elle est acceptée et que l’expertise s’avère probante, ses avocats pourraient introduire une demande de libération conditionnelle pour leur client, autrefois diagnostiqué psychopathe, en vue d’une libération à l’horizon 2021.

Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
  1. Jean-Claude Marcourt dénonce une “dérive totale”:  “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jean-Clau­de Marcourt dénonce une “dérive totale”: “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jusqu'ici silencieux dans le dossier Nethys/Publifin, l'homme fort du PS liégeois, Jean-Claude Marcourt, prend la parole dans les colonnes de Sudpresse, vendredi. "On ne peut qu'être effaré devant des sommes pareilles, spécialement en ce qui concerne Stéphane Moreau. Il pète tous les plafonds!", s'offusque celui dont la responsabilité dans l'affaire a parfois été pointée du doigt.