Hôpital Civil Marie Curie CHU de Lodelinsart (Charleroi)
Plein écran
Hôpital Civil Marie Curie CHU de Lodelinsart (Charleroi) © Photo News

Fausse alerte au coronavirus à l'hôpital Marie Curie de Lodelinsart

Le coronavirus se propage dans le monde entier, mais aucun cas n’avait encore été recensé en Wallonie jusqu’ici. Une alerte a néanmoins été donnée à Charleroi ce mardi matin. Les résultats des analyses sont tombés rapidement.

Fausse alerte! Un homme suspecté d’être atteint par le coronavirus s’est présenté mardi matin aux urgences de l’hôpital Civil Marie Curie de Lodelinsart (Charleroi). En réalité, il souffre d’un simple état grippal. C’est ce qu’a annoncé à Belga, Frédéric Dubois, directeur de la communication à l’Intercommunale de Santé publique du Pays de Charleroi (ISPPC).

L’établissement hospitalier avait déclenché mardi matin le protocole prévu pour les cas d’infection potentielle au coronavirus car le patient, dans un état fébrile accompagné de toux, a récemment été en contact avec des collègues de nationalité chinoise qui effectuent régulièrement des allers-retours vers la Chine.

Pas de contact

L'homme s’était directement adressé à l'accueil, sans entrer en contact avec d'autres personnes, précise l'hôpital. Il a déclaré travailler pour une société de livraison de colis international et dit avoir été en contact il y a environ une semaine avec des collègues de nationalité chinoise qui font régulièrement des allers-retours en Chine.

Par mesure de précaution, l'équipe médicale, munie de gants et de masques, a donc immédiatement placé cette personne dans un box d'isolement et a procédé aux trois frottis (deux de la gorge et un du nez) nécessaires qui ont été envoyés au laboratoire de la KU Leuven. Des résultats négatifs.

  1. Les agents de Bruxelles-Propreté déposent un préavis de grève

    Les agents de Bruxel­les-Propreté déposent un préavis de grève

    La CGSP-ALR Bruxelles et la CSC-Services publics ont déposé vendredi en front commun un préavis de grève au sein de Bruxelles-Propreté couvrant tous leurs membres à partir de samedi, ont indiqué les syndicats. Ceux-ci dénoncent l'absence de mesures de sécurité, une augmentation de la charge de travail due à la crise du coronavirus et accuse la direction de faire la sourde oreille au manque d'effectif qui découle de la crise sanitaire.