Elisabeth Meuleman
Plein écran
Elisabeth Meuleman © BELGA

Faut-il permettre aux enfants de parler leur langue maternelle à l’école?

Le parti écologiste flamand Groen veut permettre aux enfants qui parlent une autre langue que le néerlandais à la maison de l’utiliser librement dans le cadre de l’école. La députée Elisabeth Meuleman plaide pour un ancrage législatif de cette mesure. La N-VA est formellement contre.

L’idée est de donner plus de place en classe ou pendant la récréation à la langue utilisée à la maison et de permettre la coexistence de deux cultures, celle de l’école et celle de la maison. “L’usage de la langue maternelle en classe stimule la connaissance du néerlandais et le plurilinguisme en général. Il y a un consensus scientifique large à propos de l’utilité de cette mesure”, estime la députée de Groen.

A l’occasion de la journée internationale de la langue maternelle de l’Unesco, Elisabeth Meuleman introduit une résolution pour ancrer dans la loi l’usage de la langue maternelle à l’école. Elle est convaincue de son utilité. “J’espère en tout cas obtenir un large soutien auprès de mes collègues députés. Les résultats scientifiques et les expériences menées à l’étranger et en Belgique sont convaincants. J’espère qu’on pourra serrer les rangs au-delà des clivages politiques”, prolonge-t-elle.

Selon elle, il est prouvé scientifiquement qu’une attention accrue pour la langue maternelle à l’école n’a aucune influence négative sur l’apprentissage du néerlandais. “Les conclusions vont même dans le sens inverse: cela favorise l’apprentissage du néerlandais chez les élèves allophones”.

Elisabeth Meuleman (Groen)
Plein écran
Elisabeth Meuleman (Groen) © BELGA

A la N-VA, la proposition d’Elisabeth Meuleman fait un grand flop. Le Ministre de l’Enseignement Ben Weyts balaie l’idée d’un revers de la main et craint une grande “confusion”. “La qualité de l’enseignement ne fera que diminuer. De l’arabe ou du polonais en classe ne va pas faire progresser les élèves. Nous ne pouvons demander aux enseignants de maîtriser les différentes langues parlées par les élèves à la maison”.

Ben Weyts veut avant tout miser sur une bonne connaissance du néerlandais. “Le néerlandais est la langue véhiculaire qui unit les enfants”, rétorque-t-il encore. Il veut d’ailleurs instaurer un test de néerlandais pour tous les élèves dès la troisième maternelle.