Gwen Moerman, directeur d’une école primaire à Gand, plaide pour la fermeture immédiate des écoles
Plein écran
Gwen Moerman, directeur d’une école primaire à Gand, plaide pour la fermeture immédiate des écoles © Wannes Nimmegeers

“Fermons les écoles maintenant et donnons cours cet été, marre que les profs soient de la chair à canon”

Pour ce directeur d’école, pas de doute, et plus question de transiger: “Oui, les écoles sont le moteur de l’épidémie. Est-ce qu’on va enfin avoir le droit de le dire? La manière dont on doit travailler n’est pas sûre. Il n'y a qu'une seule solution à prendre, et maintenant. Et qu’on rattrape ces semaines de cours perdues durant l’été”. C’est un cri du cœur, ou plutôt de désespoir, que lance Gwen Moerman, directeur d'une école primaire à Gand. Il est furieux: “On parle constamment de l’intérêt des enfants, mais: et les professeurs alors? On est de la chair à canon, et le gouvernement ne fait rien pour notre sécurité”.

  1. “Des assouplissements maintenant? Trop tôt et imprudent”: le message clair de médecins aux politiques

    “Des assouplis­se­ments maintenant? Trop tôt et imprudent”: le message clair de médecins aux politiques

    Très attendu, le Comité de concertation de ce vendredi s'annonce tendu. Les appels à l’allégement des règles sanitaires se font de plus en plus entendre. Certaines personnalités politiques, à l'instar d’acteurs de santé publique, plaident ouvertement pour des assouplissements, inquiets de la dégradation du bien-être mental au sein de la population. Dans le camp d’en face, les partisans du maintien d’une “ligne dure” avancent les chiffres et courbes épidémiologiques pour appeler une nouvelle fois à la prudence et à la patience. Dans les hôpitaux, la crainte d’un rebond voire d’une troisième vague persiste. “Chaque assouplissement est un de trop.”
  2. Proximus évalue l'impact de la Covid à 49 millions d'euros

    Proximus évalue l'impact de la Covid à 49 millions d'euros

    Proximus a bien résisté à la crise du coronavirus, grâce à une bonne dynamique commerciale pour ses principaux produits et à une solide maîtrise des coûts, indique vendredi l'opérateur dans ses résultats financiers annuels. Le groupe évalue l'impact du Covid à 49 millions d'euros. Pour continuer à maîtriser rigoureusement ses coûts, l'entreprise élabore d'ailleurs un nouveau programme visant à réaliser une économie brute totale d'environ 400 millions d'euros d'ici 2025.
  3. “Mise en bouche”: le nom des ateliers parents non admis à l’Eden de Charleroi

    “Mise en bouche”: le nom des ateliers parents non admis à l’Eden de Charleroi

    Cette année, il n’y a pas eu de Grande Parade du Carnaval à Charleroi. Coronavirus oblige. Mais ce n’est pas pour autant que toutes les activités afférentes ont été rangées au placard. Le Centre Culturel de Charleroi, l’Eden, a maintenu le traditionnel brûlage de Corbeau même s’il a dû s’opérer en comité restreint. Il a également organisé une exposition sur le carnaval carolo ainsi qu’un stage et des ateliers pour les enfants.
  1. Menacée de devoir quitter un magasin, une cliente utilise sa culotte pour en faire un masque
    Play

    Menacée de devoir quitter un magasin, une cliente utilise sa culotte pour en faire un masque

    27 février
  2. «Luca», le nouveau film d'animation Pixar
    Play

    «Luca», le nouveau film d'animati­on Pixar

    27 février