Plein écran
© Photo News

Fin de mission pour les informateurs, Koen Geens entre en scène

Formation fédéraleLe ministre Koen Geens (CD&V) a été chargé vendredi soir par le Roi “de prendre les initiatives nécessaires permettant la mise en place d’un gouvernement de plein exercice”, a communiqué le Palais. Il fera rapport au roi Philippe le 10 février. Il prendra contact avec tous les partis, PS et N-VA compris.

Selon le communiqué, le Roi a constaté que “les discussions entre partis n’ont pas encore permis de former une coalition soutenue par une majorité parlementaire”. Le vice-premier ministre CD&V est envoyé au charbon sans se voir confier de titre particulier, que ce soit informateur voire préformateur comme certains médias l’ont évoqué.

“Je suis chargé d’une mission royale. Je n’ai pas de nom”, a-t-il dit à sa sortie du Palais royal. Et de répondre à une journaliste qui voulait savoir comment il fallait l’appeler: “Je m’appelle Koen Geens”.

Coalition avec une majorité en Flandre

Le chargé de mission travaillera sur la base du rapport des informateurs Georges-Louis-Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V). A l’entendre, il n’est toujours pas question d’abandonner la piste d’une coalition associant le PS et la N-VA. “J’aurai des contacts privilégiés avec les deux grands partis, comme avec les autres, et comme je l’ai déjà dit, je ne change pas si facilement d’idée”, a-t-il dit.

Or, le démocrate-chrétien a répété plusieurs fois qu’il fallait une coalition avec une majorité en Flandre, c’est-à-dire impliquant la N-VA.

“Il est temps de passer à autre chose que PS-NVA”

Le président du PS, Paul Magnette, a pourtant fait savoir sans détour lundi qu’après de très nombreuses réunions sous la houlette des informateurs, la preuve était faite que les socialistes francophones et les nationalistes flamands n’étaient pas conciliables. Vendredi soir, on répétait le même message dans les rangs socialistes où l’on se disait “très content de passer enfin à autre chose que PS/N-VA”. “On sait depuis longtemps que cette piste est morte. Les deux informateurs l’ont suffisamment essayée, il est temps de passer à autre chose. C’est un signal positif”, ajoutait-on.

Cette mission sans nom est-elle le premier pas vers un poste de Premier ministre pour M. Geens? “A cet instant, c’est une question absolument subsidiaire. Si vous pensez que je suis quelqu’un qui accepte cette mission avec une telle ambition, vous vous trompez”, a-t-il assuré. 

Bouchez: “Le CD&V doit régler son dilemme”

Cette désignation est annoncée à l’issue d’une audience surprise des deux informateurs. Vers 18h30, un tweet du Palais a annoncé que MM. Bouchez et Coens étaient reçus par le Roi alors que leurs “conclusions finales” étaient attendues le 4 février. A leur sortie, contrairement aux audiences précédentes, les deux hommes n’ont fait aucun commentaire. Le président du CD&V semblait même passablement énervé.

Le libéral et le chrétien-démocrate avaient été chargés mardi de “vérifier certains éléments” après avoir exploré la possibilité d’allier PS et N-VA. “Quand il y a un chemin, inutile d’attendre avant de l’emprunter”, a lancé vendredi sur Twitter M. Bouchez, avant d’ajouter un peu plus tard que “le CD&V devait régler son dilemme”.

Plein écran
© Photo News

Les surprises de cette fin de mission se succèdent. Contre toute attente, mardi passé, après une audience de 4 heures (une durée exceptionnellement longue), le chef de l'Etat avait prolongé les informateurs alors qu'ils étaient censés lui remettre leurs conclusions.

Quant à Geert Bourgeois, ancien ministre-président flamand, s’est dit “surpris” par la fin de mission des informateurs. “Je ne sais pas si Monsieur Koen Geens va vouloir aller vers la coalition Vivaldi. Bart De Wever avait toujours dit qu’il était disponible”, a-t-il commenté sur la VRT.

Plein écran
© Photo News
Plein écran
© BELGA
Plein écran
© Photo News
  1. Oubliez la délivrance du 5 avril: les mesures prolongées au-delà des vacances de Pâques

    Oubliez la délivrance du 5 avril: les mesures prolongées au-delà des vacances de Pâques

    Si vous espériez encore naïvement un retour à la vie normale le week-end prochain, trêve d’espérances: il est plus qu’évident que le Conseil national de Sécurité rallongera aujourd’hui les mesures de confinement d’au moins deux semaines, soit jusqu’à la fin des vacances de Pâques. Selon le virologue Steven Van Gucht, qui fait partie du conseil scientifique qui conseille le gouvernement, il ne faut même pas se faire d’illusions sur le reste du mois d’avril non plus.