Plein écran
© thinkstock

Fini la vente de cigarettes dans les supermarchés?

VideoEn Belgique, 40 personnes meurent chaque jour des suites du tabagisme. Face à cette "situation d'urgence", et alors qu'en Wallonie, quelque 800.000 fumeurs grillent 16 cigarettes, en moyenne, par jour, la ministre wallonne de la Santé, Alda Greoli (cdH), a appelé la grande distribution à prendre ses responsabilités. Avec un objectif: pousser les supermarchés à la réflexion afin qu'à terme, ils retirent le tabac de leurs rayons.

"Aujourd'hui, le tabac est disponible dans tous les grands magasins! Or l'abondance et la proximité des lieux de vente de tabac ont une influence sur la consommation. Je demande donc aux différents acteurs de réfléchir dans le cadre de leur responsabilité sociétale au retrait de la vente de cigarettes dans les grandes surfaces, ce qui contribuerait à dénormaliser le tabac et à soutenir les actions de prévention de la Wallonie", a expliqué la ministre, mardi, à l'occasion de la présentation du premier plan wallon anti-tabac.

Selon cette dernière, la vente de tabac dans les supermarchés est déjà interdite dans de nombreux pays, dont l'Autriche, la France, la Grèce, l'Italie, le Portugal et l'Espagne. Aux Pays-Bas et en Belgique, la chaîne de droguerie Kruidvat a retiré les produits du tabac de ses rayons.

"C'est exemplaire car je suis consciente que cette démarche de renoncement à la vente de tabac a un coût pour le secteur, même si cela n'est rien au regard du coût collectif de la cigarette", a souligné Alda Greoli en assurant qu'elle n'hésitera pas à saisir le gouvernement fédéral, pour qu'il agisse de manière plus coercitive, si le secteur ne mène pas une réflexion sur le sujet.

  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.