Plein écran

Fissures à Saint-Vaast: le glissement de terrain confirmé

Plein écran
Plein écran
Plein écran

Dans un rapport préliminaire diffusé mercredi, les experts de la Faculté polytechnique de Mons (FPMs) confirment que les fissures qui ont lézardé huit habitations de Saint-Vaast (La Louvière) sont dues à un glissement de terrain, ont annoncé mercredi les autorités louviéroises.

Ce rapport écrit s'ajoutera au dossier des victimes, ce qui accroît leurs chances d'être indemnisées rapidement. Ce genre de phénomène naturel est en effet couvert par toutes les assurances incendie.
Pendant ce temps, les investigations se poursuivent à l'avenue de l'Europe, où, à la fin février, le phénomène a rendu trois maisons inhabitables. Une réunion technique entre les experts de la Ville, de la Région wallonne et la concession de mine est prévue vendredi. Il s'agira de déterminer s'il est indispensable ou non de colmater la galerie de mine à l'origine de l'affaissement.

Alors que le niveau d'eau en sous-sol était resté stable depuis l'incident, une nouvelle évacuation d'eau souterraine a été constatée samedi dernier. "Le risque de nouvel affaissement est très faible. Les experts préfèrent ce genre d'écoulement continu plutôt qu'un brusque débourrage", rassure Patrick Renaud, ingénieur de la Ville.

Les études se poursuivent également pour déterminer l'étendue de la couche de sable souterraine à l'origine du glissement de terrain, et donc la zone potentiellement à risque. Un rapport global reprenant les avis des différents experts ainsi que les résultats des diverses investigations (forages, piézomètres, mesures sismiques) est attendu pour la fin du mois, précise-t-on à la Ville.

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.