Geert Molenberghs.
Plein écran
Geert Molenberghs. © Joel Hoylaerts/Photo News

Geert Molenberghs: “La diminution du nombre d'infections semble s'être ralentie ces derniers jours”

La diminution du nombre de nouvelles infections en Belgique semble ralentir, et le taux de positivité a légèrement augmenté, selon les derniers chiffres de Sciensano. L’avancée de la variante britannique du coronavirus pourrait en être la cause, et il est possible que les chiffres augmentent à nouveau légèrement dans les prochains jours, indique le biostatisticien Geert Molenberghs.

  1. Les études sur les mesures sanitaires sont-elles fiables? Des chercheurs font une découverte surprenante

    Les études sur les mesures sanitaires sont-el­les fiables? Des chercheurs font une découverte surprenan­te

    Est-ce la fermeture des bars et des restaurants qui a fait le plus chuter la courbe des nouvelles infections au coronavirus? Ou est-ce le couvre-feu? Quels doivent être les premiers assouplissements? Ces questions divisent notre société. Pour la première fois, les chercheurs ont examiné la pertinence des études sur les mesures prises dans la lutte contre le coronavirus. La conclusion est surprenante, et rend le débat sur l’utilité de certaines mesures encore plus difficile.
  2. Van Gucht met en garde: “Si on assouplit maintenant, on se tire une balle dans le pied”

    Van Gucht met en garde: “Si on assouplit maintenant, on se tire une balle dans le pied”

    Alors que les courbes du virus vont dans la bonne direction en Belgique et que la tendance se maintient favorablement, de nombreux politiciens exhortent le gouvernement à assouplir un peu plus les mesures sanitaires. Malheureusement, selon Steven Van Gucht, virologue à Sciensano, il est trop tôt. “La période entre maintenant et Pâques est cruciale. Si on assouplit maintenant, on se tire une balle dans le pied”, a-t-il indiqué à Het Laatste Nieuws.
  3. Un an de salaire supplémentaire chez Engie pour éviter les départs causés par la sortie du nucléaire
    mise à jour

    Un an de salaire supplémen­tai­re chez Engie pour éviter les départs causés par la sortie du nucléaire

    Engie Electrabel a présenté mardi un plan de rétention pour ses 2.000 collaborateurs des centrales de Doel et Tihange. L’entreprise propose une prime pour éviter que ses travailleurs ne la quittent avant la fermeture des centrales nucléaires, selon une information du Tijd confirmée mardi par l’entreprise. Des garanties de sécurité d’emploi sont également prévues.