Georges-Louis Bouchez
Plein écran
Georges-Louis Bouchez © BELGA

Georges-Louis Bouchez évoque des “points de convergences majeurs" avec les écologistes

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a assuré dimanche que les libéraux pouvaient "collaborer" avec la famille écologiste sur un programme gouvernemental en vue de former un "axe de la modernité", tout en dénonçant les options institutionnelles de la N-VA qui veut, selon lui, "démanteler l'État".

  1. Lachaert a informé la N-VA de sa préférence pour la coalition Vivaldi
    mise à jour

    Lachaert a informé la N-VA de sa préférence pour la coalition Vivaldi

    Le chargé de mission royale Egbert Lachaert (Open Vld), attendu vendredi pour un rapport chez le Roi, a fait savoir à la N-VA qu’il était désormais favorable à une coalition fédérale sans les nationalistes flamands, a-t-il été confirmé à De Morgen, ce qui officialise la piste d’une coalition “Vivaldi”, rassemblant libéraux (Open Vld et MR), socialistes (PS et sp.a), écologistes (Ecolo-Groen) et chrétiens-démocrates du CD&V, a développé HLN.
  2. Négociations fédérales: “Le clivage n’est pas Nord-Sud, il est gauche-droite”, selon Georges-Louis Bouchez

    Négociati­ons fédérales: “Le clivage n’est pas Nord-Sud, il est gau­che-droi­te”, selon Georges-Louis Bouchez

    “Le pays n'est pas bloqué à cause d'une opposition entre francophones et Flamands. Le clivage n'est pas Nord-Sud, il est gauche-droite”, affirme Georges-Louis Bouchez dans un long entretien à l'Echo, publié vendredi soir. Le président du MR se dit également “assez certain” que la Belgique aura un gouvernement de plein exercice majoritaire d'ici le 17 septembre.
  3. Pour Sophie Wilmès, le plan de relance doit être au cœur du futur gouvernement
    Formation fédérale

    Pour Sophie Wilmès, le plan de relance doit être au cœur du futur gouverne­ment

    Le compteur tourne d'ici mi-septembre. Pour la Première ministre, "le plan de relance doit être la pierre angulaire d'une formation de gouvernement". S'il n'y a pas de majorité fédérale d'ici là et que les conditions ne sont plus réunies pour qu'elle sollicite à nouveau la confiance du parlement, elle pourrait remettre sa démission, assure Sophie Wilmès samedi dans les colonnes de La Libre Belgique et de la Dernière Heure.