Plein écran
© Photo News

Georges-Louis Bouchez: “Le PS a diabolisé la N-VA, c’est compliqué de faire le chemin inverse”

Georges-Louis Bouchez est revenu sur sa mission d'informateur royal, qui a pris fin vendredi soir, sur le plateau du JT de 19 heures de RTL-TVI, dont il était l'invité ce samedi soir. L’ex-informateur royal a une nouvelle fois déclaré qu’il s’agissait désormais de choisir entre “deux scénarios”, avant d’assurer que la situation n'était pas “dramatique”. “Nous sommes dans une situation de blocage qui n’est pas dramatique finalement”. 

Selon Georges-Louis Bouchez a une nouvelle fois déclaré qu'il y avait “deux choix sur la table. “Il faut maintenant choisir entre ces deux possibilités”. “Tout au long de notre mission, nous avons vu six hypothèses et en avons gardé deux: il reste la coalition Vivaldi [socialistes, libéraux, écologistes et CD&V, NDLR] et la coalition que nous avons nommée Andorre. Une avec la N-VA et une sans la N-VA”.

“Nous sommes dans une situation de blocage qui n’est pas dramatique finalement”, a-t-il ensuite tempéré. “Elle est dramatique de par sa durée, mais nous connaissons les paramètres”.

L’ex-informateur royal a également commenté la volonté de Koen Geens d’étudier de nouveau la possibilité d’un rapprochement PS/N-VA. “PS/N-VA, nous l’avons testé à de nombreuses reprises. Ce qui bloque ce n’est pas le programme, c’est le symbole. Le PS a diabolisé la N-VA, et pour eux c’est compliqué de faire le chemin inverse”, a-t-il déclaré. “(...) On voit bien que le problème, c’est un manque de volonté de travailler ensemble”.

Georges-Louis Bouchez refuse de “dramatiser”. “Il reste ces deux possibilités, il reste des chemins. Koen Geens fait un choix, ça lui appartient (...) S'il échoue dans cette dynamique-là ce n’est pas pour autant qu'il n’y a plus de possibilités", a-t-il conclu. 

Plein écran
© BELGA