Plein écran
© photo_news

Georges-Louis Bouchez: “Si la N-VA veut faire du communautaire, il faudra qu’elle s'adresse au PS”

Interview préélectoraleEn vue des élections du 26 mai, 7sur7 a choisi de mettre le focus sur le scrutin fédéral en interrogeant les présidents des huit principaux partis francophones. Nous leur avons demandé de choisir sept mesures phares de leur programme afin de vous aider à poser votre choix. Après Mischaël Modrikamen (PP), Jean-Marc Nollet (Ecolo), Maxime Prévot (cdH), Peter Mertens (PTB), Elio Di Rupo (PS), Alain Destexhe (Listes Destexhe) et Olivier Maingain (DéFi), on clôture la série avec le Mouvement Réformateur. Et Charles Michel? Non. Le Premier Ministre n’a pu répondre favorablement à notre invitation. C’est Georges-Louis Bouchez, porte-parole de la campagne, qui nous a reçus au siège du MR. Au menu: des comptes avec la “virulente opposition” réglés, des messages aux éventuels partenaires lancés et des idées avancées. Entre autres. Entretien. 

Smartphone dans une main, sandwich à peine entamé dans l’autre, Georges-Louis Bouchez gravit au pas de course et avec décontraction les quelques marches qui le séparent des salons du parti, où nous patientons depuis une petite poignée de minutes. Monter dans le prochain gouvernement fédéral sera-t-il aussi aisé pour le MR? Premiers éléments de réponse au soir du 26 mai prochain. 

En attendant, on cultive l’optimisme chez les libéraux. L’envie de rempiler au sein de la majorité est déclarée. “Charles Michel est notre candidat Premier ministre, il n’y a aucune raison de changer”, assure le délégué général du parti avant de tenter d’expliquer la tendance au recul exprimée par les récentes intentions de vote. Une baisse surtout marquée à Bruxelles (-7,6% par rapport au scrutin de 2014). En Wallonie, la barre semble avoir été redressée ces trois derniers mois et le MR ne perdrait que 3,1%, selon le Grand Baromètre Ipsos-Le Soir-RTL Info publié vendredi dernier.

“Lors  de cette législature, nous avons été la cible d’une opposition très dure. Même honteuse par moments. On a agité des peurs qui se sont avérées injustifiées. Le black-out, par exemple. Quasi tous les hivers sous ce gouvernement, on nous a dit qu’on risquait une coupure d’électricité. Vous en avez vu? On a aussi abîmé des gens. Jean-Marc Nollet s’est attelé à détruire la réputation de Marie-Christine Marghem. Georges Gilkinet veut envoyer Didier Reynders en prison tous les quinze jours (sic). Si on l’avait écouté, le parlement se serait transformé en grand tribunal populaire. La manière dont le MR a été traité ces cinq dernières années excède la critique légitime du débat démocratique. Certains ont vraiment perdu la raison.”

Citation

“On écarte très clairement le PTB en vue d’une coalition”

Georges-Louis Bouchez, MR

Le Montois de 33 ans pointe aussi une “surreprésentation” des opposants politiques. “Ces attaques virulentes étaient évidemment nombreuses puisque quand le MR a une fois la parole, on la donne à cinq partis d’opposition. Sur une heure de débat, si le MR a droit à dix minutes, pendant 50 minutes, on dira du mal de son action.”  Une conséquence logique du choix du MR d’entrer au gouvernement sans partenaire francophone. Une expérience qui, de préférence, ne sera pas renouvelée. Didier Reynders, notamment, a émis le souhait de ne plus vivre cet isolement. 

Mais avec qui les libéraux sont-ils prêts à pactiser? “Ces pronostics avant les élections n’ont pas beaucoup de sens. C’est piégeux et cela peut vous mettre en difficulté pour la suite . Il faut laisser l'électeur choisir.” Fausse alerte langue de bois. Il ne faut pas insister très longtemps pour obtenir une réponse bien moins policée.  Une seule relance suffit: vous n’écartez donc personne côté francophone?  “On écarte très clairement un parti comme le PTB, c’est une évidence. L’axe formé  avec le cdH est cohérent et a obtenu des résultats au gouvernement wallon. Si la prochaine législature pouvait tourner autour de cet axe, cela aurait du sens et notre préférence.”

Citation

“Le PS a intérêt à faire du communautaire”

Georges-Louis Bouchez, MR

Prêt aussi à renouer l’idylle avec la N-VA, moins de six mois après la rupture de Marrakech et la fin prématurée de la Suédoise? “Il n’y a pas d’exclusive et la N-VA fait partie des partenaires potentiels. Mais avec du communautaire, ce sera sans nous. Si c’est le souhait de la N-VA, il  faudra qu’elle s'adresse au Parti socialiste. Le PS a intérêt à faire du communautaire et à voir naître une nouvelle réforme de l’État. Des compétences retournent vers les Régions et vu que le PS considère que la Région wallonne, en particulier, lui appartient...”

Le refus du PS de débattre avec la N-VA, notamment en raison du chapitre institutionnel, et le véto de Bart De Wever “contre le PS et Ecolo au fédéral”, ne semblent pas ébranler le point de vue de Georges-Louis Bouchez. “Pour faire du communautaire, le PS et la N-VA sauront s’entendre”, insiste-t-il avant d’adresser un  message limpide aux nationalistes flamands. 

“ Si la N-VA est raisonnable, elle continue les réformes sociales et économiques pour notre pays plutôt que de s’embourber dans des voies sans issues.  Est-ce que la N-VA est crédible quand  elle annonce que Jan Jambon veut  devenir Premier ministre? Pour être pape,  il vaut mieux être catholique. C’est compliqué de dire qu’on ne veut plus de la Belgique et vouloir être le chef du gouvernement. Mais je le répète, concernant le socio-éco, on partage pas mal de points communs.  Sur le plan économique, on a la même approche que la N-VA.”

Les 7 priorités du MR

1. Baisse des impôts sur le travail
Le MR souhaite baisser les charges sur le travail. Une mesure destinée à augmenter le pouvoir d'achat des citoyens. “Cela représentera un gain d’environ 1.000 euros net par an par travailleur”, commente Georges-Louis Bouchez.

“On a déjà baissé de manière significative la fiscalité sous le gouvernement, mais il reste du travail à faire. La Belgique vient de loin. C’est notre mesure phare pour mieux récompenser le travail. Actuellement, vous ne payez pas d’impôts sur les premiers 8.860 euros que vous gagnez. On souhaite porter ce montant à 13.500 euros.” 

Citation

“Les directions et profes­seurs doivent jouir d’une plus grande autonomie”

Georges-Louis Bouchez, MR

2. Réforme de l’enseignement
Améliorer l’encadrement des élèves en décrochage dès les premières années primaires, un CEB certificatif à 60% en sixième et offrir une plus grande liberté au corps enseignant, voilà quelques-unes des idées prônées pour réformer l’enseignement.

“On veut que les enfants sachent lire, écrire et compter dès la quatrième primaire. Les directions et professeurs doivent aussi jouir d’une plus grande autonomie. Ce sont eux qui connaissent le mieux leurs publics et les besoins. Ils auront des objectifs à atteindre, mais pourront adapter les méthodes d’apprentissage. Si à un moment donné, il faut passer par la lecture de magazines de foot parce que vous avez beaucoup d’enfants qui aiment ça… Je précise que cela ne doit évidemment pas se faire au détriment des classiques.”

3.  Abattement de 500 euros sur le précompte immobilier 
“Cela concerne le logement d’habitation”, précise celui qui occupe la quatrième place sur la liste MR pour la province du Hainaut. Une diminution de la pression fiscale destinée à encourager l'accès à la propriété.  “On considère que cet impôt est injuste. Vous payez déjà des droits d’enregistrement, des droits de succession, vous remboursez aussi le prêt de votre maison... Le précompte immobilier vient s’ajouter à tout cela et s’érige comme un frein à la propriété. Pour une série de personnes, il représente un mois de salaire perdu.”

4. Augmentation du nombre de policiers
“Nous voulons vraiment aller vers la tolérance 0", glisse d’entrée  Georges-Louis Bouchez. Pour y parvenir, le MR prévoit notamment le renforcement de la formation continue et le recrutement de 1.600 policiers chaque année. “On ne veut plus que le parquet pose des choix dictés par des manques d’hommes. Les policiers sont sous pression, actuellement. Renforcer les effectifs permettra aussi de lutter contre les burn-out et les arrêts de travail.”

5. Rénover les bâtiments et informatiser la justice
“Il y a deux gros problèmes dans le monde judiciaire, les bâtiments et l’informatisation”, assure l'avocat hennuyer. “Ils engendrent des difficultés de travail, donc des arrêts maladie, et rendent la fonction moins attractive. Concernant les bâtiments, il convient d’investir particulièrement du côté francophone parce qu’il y a un vrai différentiel entre le nord et le sud du pays. Les gens travaillent dans des conditions qui ne sont plus tenables.”

6. Durcir les conditions du regroupement familial
“En ce qui concerne l’immigration, nous sommes contre toute régularisation massive. On veut aller vers un plus grand respect des ordres de quitter le territoire”, clame Georges-Louis Bouchez.

“Nous souhaitons aussi un renforcement et un durcissement des règles en matière de regroupement familial.”  Les réfugiés reconnus par la Belgique ont jusqu’à un an pour faire venir des membres de leur famille sans répondre à des conditions de revenus, de logement ou d’assurance. Le MR aimerait réduire ce délai à six mois.

7. Tax shelter climat et prêt à taux zéro
Le tax shelter climat est destiné aux entreprises et leur permettra de bénéficier de déductions fiscales si elles s'attellent à verdir leur moyens de productions, à investir en faveur du climat.  “Son pendant pour les particuliers, c’est le prêt à taux zéro”, poursuit le porte-parole de campagne.  

“Un organisme financier, qui peut même être privé, finance tout mécanisme qui permet de verdir votre consommation énergétique et  vous payez un loyer mensuel. Le différentiel est pris en charge par l’organisme public. Exemple: une installation estimée à 10.000 euros, coûte au total 11.750 euros avec les intérêts. Vous ne payez pas les 1.750 euros supplémentaires.” 

  1. 23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    Une marche noire est prévue dimanche après-midi dans le centre de Bruxelles pour protester contre l'éventualité d'une demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux et celle effective de Michel Lelièvre. Le rassemblement est prévu à 12h00 sur le boulevard du roi Albert II, d'où des discours seront prononcés. Le départ est fixé à 14h00 et l'arrivée à 16h00 sur l'esplanade de l'Europe près de la gare du Midi, avant la dislocation du cortège à 17h00.
  2. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.