Grâce à “Top Women”, Michèle retrouve confiance en elle après son cancer du sein

Après un cancer et une double ablation du sein, Michèle Berbuto a décidé de relever le défi de “Top Women” pour retrouver confiance en elle et se réaffirmer en tant que femme.

Plein écran
"Surtout ne pas oublier d'où l'on vient', commente la Sérésienne. © D.R.
Plein écran
Michèle semble plus épanouie et a appris à sourire devant l'objectif. © D.R.

Les concours qui font étalage de la chair et qui se basent sur des critères de beauté mettant de côté plus de la moitié de la population, on les aime ou on ne les aime pas. Mais tous ne sont pas à l’image de Miss Machin ou Mister Truc, certains concours ne sont pas là pour élire la ou le prochain(e) reine ou roi de beauté. Cette année, Michèle Berbuto participe à “Top Women”, un concours créé par l’ex-mannequin et journaliste, Nathalie De Reuck, qui a pour objectif de dénoncer les diktats de la beauté féminine en laissant la possibilité à chaque femme, qu’importe leur physique, de prendre part à cette aventure peu conventionnelle.

En 2012, la Sérésienne découvrait qu’elle était atteinte d’un cancer. Une période de sa vie qui a été difficile. “Ma mère avait eu un cancer du sein. Donc, à partir de 40 ans, j’ai commencé à faire régulièrement des mammographies. À 44 ans, on a découvert que j’avais des lésions au sein. J’ai alors décidé de faire ablater les deux seins”, explique-t-elle. Entre l’ablation et la reconstruction en autogreffe, Michèle a subi pas moins de six opérations et suit toujours, actuellement, un traitement médicamenteux. 

En route pour la finale ?

Pour celle qui se considère comme une survivante, “Top Women” représente un moyen de reprendre confiance en elle. “En 2019, j’avais envoyé une photo de moi en pyjama, dans mon lit et pas maquillée. C’était un peu pour rire, je n’y croyais pas. Même s’il était trop tard pour l’édition de l’année passée, ils m’ont dit qu’ils garderaient ma candidature. Ça m’était sorti de la tête jusqu’à ce que l’on m’apprenne que j’avais été sélectionnée pour 2020”, raconte-t-elle.

Sur plus de mille personnes, Michèle a été sélectionnée pour faire partie des 110 participantes de la demi-finale qui se déroulera le 15 février prochain. Ce jour-là, dix femmes seront sélectionnées par SMS (payant), dix grâce au public et 20 par le jury. Une étape avant la finale du 16 mai.

Plein écran
David Jeanmotte est le parrain de cette édition de "Top Women". © D.R.

Beaucoup d’entraide

Si l’aventure a commencé il y a peu, Michèle a déjà de bons souvenirs avec les autres candidates. Selon elle, contrairement à d’autres concours, il y a beaucoup d’entraide entre les participantes. Toutefois, tout n’est pas parfait et elle regrette qu’il soit question, ici aussi, d’argent. Outre les SMS payants, les filles sans qui ne trouvent pas de sponsors sont éliminées. Mais la solidarité est souvent plus forte pour ces femmes de tout âge : “Certaines de nous ont mis de leur poche pour aider les filles qui n’avaient pas trouvé de sponsors, afin qu’elles ne soient pas éliminées”, indique la Sérésienne.

Les divers ateliers auxquels elle a participé lui ont aussi permis de se réaffirmer, d’apprendre à marcher différemment, de mieux sourire sur les photos. En bref, d’être plus épanouie. Une chose est sûre, même si elle ne gagne pas, Michèle gardera un bon souvenir de cette expérience.

Pour soutenir Michèle lors de la demi-finale, il suffit d’envoyer “TOP 21" par SMS au 6630.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région de Liège.

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.