Plein écran
Björn Rzoska et Bart De Wever. © Photonews

Groen tend la main à Bart De Wever

Groen est toujours prêt à discuter avec le formateur flamand Bart De Wever dans le cadre des négociations pour mettre sur pied un nouvel exécutif au nord du pays, a indiqué mardi Björn Rzoska aux quotidiens Het Laatste Nieuws et De Morgen. "Ce serait bien si le gouvernement comptait un vainqueur, peu importe sa taille, dans ses rangs", a lancé l'écologiste.

Groen s'est entretenu à deux reprises avec M. De Wever au début des négociations. Depuis lors, les verts flamands n'ont plus échangé avec le formateur. "Plus il parlait avec le Vlaams Belang, plus nous nous éloignions de la table des discussions. Aujourd'hui nous ne sommes plus conviés, mais Bart De Wever ne nous a pas envoyé de signal clair. C'est une méthode de travail assez étrange", estime M. Rzoska.

Ce dernier souligne que sa formation est toujours disposée à négocier, tout en précisant que son seul veto va à l'encontre du Vlaams Belang. Tous les partis qui sont aujourd'hui à table "ont reçu des coups" lors des élections, analyse encore Björn Rozska. Il serait toutefois judicieux que le futur gouvernement compte un parti gagnant, comme l'est Groen, dans ses rangs, poursuit-il. "Nous voulons aller à la table des négociations, mais nous ne l'avons peut-être parfois pas dit assez clairement", a-t-il insisté.

“Comme dans tous les bons mariages, il y a parfois des discussions”

En ce qui concerne les relations de Groen avec Ecolo - qui refuse de parler avec la N-VA au fédéral -, M. Rzoska se veut rassurant. "Comme dans tous les bons mariages, il y a parfois des discussions. De surcroît, je négocie pour la Flandre et il convient de bien séparer les niveaux flamand et fédéral.”

  1. L'office des étrangers remet les visites domiciliaires sur le tapis

    L'office des étrangers remet les visites domiciliai­res sur le tapis

    L'association des juges d'instruction a été dûment conviée, le 27 septembre prochain, pour faire connaître son "avis" et ses "préoccupations" sur le projet de loi relatif aux visites domiciliaires du 7 décembre 2017 devant la commission temporaire chargée d'évaluer la politique de retour volontaire et d'éloignement forcé des étrangers, écrit La Libre Belgique, mercredi. Une invitation étrange, étant donné que le gouvernement est en affaires courantes et que ce projet de loi controversé date de la législature précédente.
  2. Pourquoi le médicament qui peut sauver Pia coûte-t-il près de 2 millions d’euros?

    Pourquoi le médicament qui peut sauver Pia coû­te-t-il près de 2 millions d’euros?

    La petite Pia, un bébé de neuf mois, est atteinte d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare qui se caractérise par une faiblesse musculaire progressive. Seul le Zolgensma, un médicament disponible uniquement aux Etats-Unis, pourrait sauver la petite. Coût du produit: 1,9 millions d’euros. Question que tout le monde se pose: comment un traitement capable de sauver une vie humaine peut-il coûter si cher?
  3. Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Près de 60% des répondants à la consultation publique en ligne sur le Plan national Énergie Climat (PNEC) demandent du courage et une vision à long terme de la part du monde politique, indiquent mercredi les différents ministres régionaux et du fédéral compétents en matière d'Énergie et de Climat. Une très grande majorité des 60.000 répondants estime que la poursuite du développement des énergies renouvelables devrait être une priorité et qu'il faut investir davantage dans les éoliennes en mer pour la production d'énergie offshore.