Plein écran
Bruno De Lille © photo_news

Groen veut l'égalité d'accès dans les écoles flamandes de Bruxelles

Le parti écologiste flamand Groen s'est prononcé lundi pour la suppression de la règle de priorité aux enfants néerlandophones dans les écoles flamandes de Bruxelles.

Pour le parti vert, tout Bruxellois qui choisit l'enseignement flamand pour ses enfants doit disposer d'un même droit, peu importe qu'il soit flamand ou pas. C'est aux autorités publiques à assurer des places en suffisance. L'organisation d'un enseignement bilingue à Bruxelles pourrait y contribuer utilement, estime Groen.

A l'heure actuelle, 55% des places dans l'enseignement néerlandophone à Bruxelles sont réservées aux enfants dont au moins un des deux parents parle le néerlandais de manière satisfaisante.

Pour Groen, il conviendrait d'en finir avec "cette distinction entre citoyens de premier et deuxième rang".

"C'est la mission des autorités publiques de s'assurer que chaque enfant dispose d'une place", a souligné lundi le secrétaire d'Etat Bruno De Lille lors de la présentation du programme électoral de Groen.

De nouvelles écoles d'ici 2020 à Bruxelles
"On ne peut tout de même pas dire 'tu ne peux pas entrer chez nous' et ensuite reprocher à cette personne de ne pas parler plusieurs langues, ou d'être sans emploi par exemple".

Les écologistes flamands proposent dès lors de construire de nouvelles écoles d'ici 2020 à Bruxelles: 30 à 40 écoles fondamentales et dix à 15 écoles secondaires. Le tout pour un coût de 200 à 425 millions d'euros que le parti estime à disposition. "Si l'on est capable de trouver un milliard d'euros et plus pour élargir le ring de Bruxelles (mesure du gouvernement flamand à laquelle Groen est opposé, ndlr), on doit pouvoir y arriver...".

  1. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.