Plein écran
© OPENVLD

“Gwendolyn Rutten est politiquement morte”

“Je crois que Gwendolyn Rutten est politiquement morte” : la phrase lâchée par Noël Slangen dans l’émission “De afspraak op vrijdag” sur la VRT fait beaucoup de bruit au nord du pays.

Connu en Flandre comme l’ex-conseiller Guy Verhofstadt, Noël Slangen écrit aujourd’hui des chroniques dans Het Laatste Nieuws et Het Belang van Limburg. Il a quitté l’Open VLD et la politique depuis quelques années déjà. Aujourd’hui, il est le président du Fonds de lutte contre la pauvreté des enfants.

“Je crois que Gwendolyn Rutten est politiquement morte mais qu’elle ne s’en rend pas encore vraiment compte”, analyse Noël Slangen sans concession.

“Cela se remarque entre autres au fait qu’elle continue de mettre en avant l’unité de la famille libérale, alors que les relations avec le MR ne sont pas aussi bonnes qu’elle veut le faire croire”, poursuit-il, faisant référence notamment à la situation du gouvernement bruxellois, où l’Open VLD est monté au pouvoir sans le MR.

La présidente des libéraux flamands est également contestée à l’intérieur de son parti pour avoir lancé des fleurs à Paul Magnette et marqué sa préférence pour une coalition arc-en-ciel. Certaines voix affirment qu’elle serait prête à tout pour obtenir le poste de Première ministre, que lui aurait promis Paul Magnette en cas d’alliance avec les socialistes et les écologistes. Bart De Wever n’avait pas manqué de tacler Rutten à l’occasion de la réception de Nouvel An de la N-VA à Malines.

Plein écran
© Photo News
Plein écran
© OPENVLD
  1. Les agents de Bruxelles-Propreté déposent un préavis de grève

    Les agents de Bruxel­les-Propreté déposent un préavis de grève

    La CGSP-ALR Bruxelles et la CSC-Services publics ont déposé vendredi en front commun un préavis de grève au sein de Bruxelles-Propreté couvrant tous leurs membres à partir de samedi, ont indiqué les syndicats. Ceux-ci dénoncent l'absence de mesures de sécurité, une augmentation de la charge de travail due à la crise du coronavirus et accuse la direction de faire la sourde oreille au manque d'effectif qui découle de la crise sanitaire.