Plein écran
Gwendolyn Rutten, la présidente de l’Open VLD, et Paul Magnette, l’informateur (PS) © DR.

Gwendolyn Rutten lance des fleurs à Magnette, Francken lui répond

Bye bye la bourguignonne, vive l’arc-en-ciel? Alors que l’informateur royal Paul Magnette explore la piste d’une coalition sans la N-VA, tous les yeux sont désormais rivés sur l’Open VLD et le CD&V. Et pour cause, dans ce cas de figure, l’un des deux partis est mathématiquement nécessaire pour une majorité de 75 sièges à la Chambre. Les libéraux et les chrétiens-démocrates, alliés de la N-VA en Flandre, sont-ils prêts à se “déscotcher” des nationalistes pour la formation d’un gouvernement fédéral?

Si l’Open VLD a toujours privilégié une alliance avec la N-VA au fédéral, les lignes semblent bel et bien bouger les derniers jours. Certaines cadres libéraux ont toujours des doutes par rapport à la volonté réelle de la N-VA de participer à l’aventure fédérale et n’écarteraient plus une coalition arc-en-ciel (socialistes, libéraux, écologistes). C’est le cas du bourgmestre de Gand de Mathias De Clercq.

Lundi, Gwendolyn Rutten, la présidente de l’Open VLD, a même lancé des fleurs à Paul Magnette sur Twitter. “La mission est difficile mais l’informateur Paul Magnette prend les choses au sérieux. C’est nécessaire. Notre pays mérite un gouvernement qui met la main à la pâte”, a-t-elle commenté.

Pour certains, notamment à la N-VA, c’est bien le signe que les libéraux sont en train de préparer un virage à 180° et que l’arc-en-ciel est déjà dans les starting-blocks. Pour d’autres, il ne faut pas y voir plus qu’un simple message de courtoisie sur les réseaux sociaux.

En tous les cas, le tweet de la libérale limbourgeoise n’est pas passé inaperçu auprès de la N-VA. Theo Francken s’est empressé de réagir en reprenant le message et en y ajoutant “ … et qui ne touche pas aux poches des Flamands”.

Officiellement, la N-VA est toujours dans le jeu fédéral et n’a pas quitté la table de négociations. Toutefois, si elle reconnaît que Magnette s’occupe pour l’instant, comme il l’affirme lui-même, avant tout du contenu et non de partenaires potentiels, elle n’est pas dupe. “Cela n’empêche qu’il espère nous éjecter. Nous ne sommes – contrairement au PS – pas indispensables pour un gouvernement fédéral. Et nous savons tous qu’il rêve d’une coalition arc-en-ciel”, conclut une source de la N-VA.

Paul Magnette poursuit actuellement ses consultations en vue de la formation d’un exécutif fédéral en rencontrant les partenaires sociaux et des membres de la société civile. Il s’entretiendra à nouveau avec les dix partis impliqués dans le processus, avant un nouveau rapport au Roi prévu lundi prochain.

Plein écran
© Photo News