Plein écran
La victime Hilal Makhtout. © Marco Mariotti

Hilal Makhtout a-t-il été torturé et tué par vengeance?

VideoLe corps sans vie de Hilal Makhtout a été retrouvé mardi dans un gîte de Forzée, dans la commune de Rochefort. Les enquêteurs privilégient la piste d'un règlement de compte au sein du milieu de la drogue, rapporte Het Laatste Nieuws.

Samedi dernier, Hilal Makhtout, un Genkois de 33 ans, se détend dans son garage en compagnie d'un ami lorsque trois ou quatre hommes cagoulés font irruption. Certains sont armés d'une Kalachnikov. Rapidement, ils se jettent sur le trentenaire et lui assènent de violents coups de marteau sur la tête. Après l'avoir ligoté, ils l'embarquent lui et son ami dans une voiture, direction un gîte situé à Forzée, dans la commune de Rochefort.

La victime aurait escroqué des traficants de drogue
D'après HLN, les malfrats ont un compte à régler avec Hilal Makhtout. Ce dernier se serait enfui avec de la drogue et 15.000 euros en liquide lors d'une récente transaction. Selon le quotidien flamand, Makhtout, accro au jeu, dealait de temps à autre afin d'éponger ses dettes.

L'ami de Hilal Makhtout est finalement relâché mais reçoit un sérieux avertissement de la part des criminels. "On sait où tu habites. Si tu parles, on te fera la même chose", menacent-ils.

Quatre jours après l'enlèvement, le propriétaire du gîte y retrouve le cadavre de Makhtout. Il a été ligoté, frappé et même brûlé. Les trois locataires du gîte ont disparu.

"Hilal était un bon garçon", confie sa soeur Samira à HLN. "Il avait de mauvaises fréquentations", avoue-t-elle néanmoins. "Mais ce n'était pas un criminel [...] Il ne m'a jamais dit qu'il était menacé ou qu'il ne se sentait pas en sécurité."

Les enquêteurs ignorent encore si les ravisseurs ont emmené la victime dans le gîte pour le tuer ou s'il était déjà mort en arrivant. Une autopsie devra apporter davantage de clarté sur les circonstances exactes de la mort du Genkois.

Des malfrats étrangers?
A la requête du parquet du Limbourg, trois individus originaires de Genk ont été déférés jeudi devant un juge d'instruction qui les a placés sous mandat d'arrêt. Il s'agit de deux frères, avec qui Makhtout a habité, et un jeune Italien.

Toujours selon HLN, la police est à la recherche d'autres suspects. En effet, les trafiquants que Makhtout a escroqués ont pu engager des criminels étrangers pour faire le sale boulot. Selon l'ami qui a assisté à l'enlèvement, l'un des hommes masqués parlait avec un accent hollandais. Un francophone faisait également partie du groupe.