Plein écran
Hilde Crevits. © BELGA

Hilde Crevits ne vise plus la ministre-présidence flamande: “Ce n'est plus réaliste”

Le CD&V collaborera de manière constructive à toutes les discussions qui se présenteront. Et cela, au départ d'une "position modeste", a déclaré dimanche soir Hilde Crevits, la tête de liste pour le parti au parlement flamand.

MMe Crevits, candidate ministre-présidente flamande du CD&V, a précisé qu'elle ne collaborerait pas à "des discussions qui porteraient sur les moyens de bloquer davantage le pays". Elle espère que les forces positives uniront leurs forces "avec le CD&V si possible, modestement". 

Les résultats provisoires du parti ne sont pas bons mais devraient s'améliorer, selon Hilde Crevits. "On a besoin de nous et nous sommes nécessaires", a ajouté Mme Crevits

“Nous devons tous réfléchir à ce qui n’a pas marché”

Dans une interview accordée à la VRT, Hilde Crevits a déclaré que le poste de ministre-présidente à la Région flamande n'était plus réaliste. Elle a ajouté que quasi tous les partis avaient perdu des voix face au Vlaams Belang. "Nous devons tous réfléchir à ce qui n'a pas marché", a-t-elle souligné.

Dans le canton de Torhout (Flandre occidentale), où Mme Crevits se présentait, le CD&V reste le premier parti avec 33,54% des suffrages exprimés mais il a perdu plus de 3% des voix par rapport à 2014. Le Vlaams Belang est le second parti, avec 18,54% et un gain de 14,48%. La N-VA, à 15,38%, en perd 10,19, l'Open Vld à 7,70% (-0,72%) et le sp.a 13,8% (-1,92%). Groen a recueilli 7,38% des voix (+ 0,94%). 

Dans le canton de Beringen (Limbourg), qui compte notamment la commune de Bourg-Léopold dont le président du CD&V, Wouter Beke , est bourgmestre, les sociaux-chrétiens reculent de 4,2 points de pourcentage, avec 16% des voix.  La N-VA y est le premier parti, en dépit d'une perte de près de points de pourcentage, devançant le Vlaams Belang à 21,7%.

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.